Une école-entreprise à l’Académie Sainte-Marie en septembre

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour réduire le nombre de décrocheurs

Déterminée à aller de l’avant dans son projet d’implanter un premier Centre de formation en entreprise et récupération (CFER) sur la Rive-Nord de Québec, la Commission scolaire des Premières-Seigneuries a finalement décidé d’aménager une section de l’Académie Sainte-Marie pour jeter les bases d’une école-entreprise dans le Vieux Bourg de Beauport.

«Offrant déjà le 1er cycle du secondaire, l’Académie Sainte-Marie a une capacité d’accueil d’au moins 900 élèves et nous projetons une fréquentation maximale de 700 élèves en 2015. C’est d’abord pour cette disponibilité de locaux à long terme que nous avons retenu l’Académie Sainte-Marie afin d’implanter le CFER. Cette école était prédisposée pour ce projet de par son accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, son stationnement et sa localisation sur les circuits du Réseau de transport de la Capitale et du transport scolaire», a souligné le président de la commission scolaire, Jean-Marc Laflamme.

40 élèves pour débuter

Afin d’augmenter le taux de diplomation et de qualification des jeunes de moins de 20 ans, et plus particulièrement des élèves en adaptation scolaire, cette nouvelle école-entreprise sera en mesure d’accueillir deux groupes de 20 élèves dès septembre 2012.

D’ici 2015, de nouveaux groupes seront créés chaque année. La formation offerte par le CFER étant d’une durée de trois ans, un maximum de 120 élèves fréquentera ultimement ses locaux. Des travaux de 75 000 seront réalisés l’été prochain afin de préparer un secteur particulier destiné au CFER qui correspondra à l’espace de huit locaux de l’école.

Une formation préparatoire au marché du travail

La mission d’un CFER consiste à accompagner les jeunes en difficulté et à leur offrir une formation préparatoire au marché du travail. Chaque école-entreprise mène ses activités en lien avec le développement durable en favorisant, entre autres, la récupération du bois, la restauration de meubles scolaires ou le recyclage de pièces de quincaillerie.

En ce qui a trait à l’Académie Sainte-Marie, le choix des produits recyclés ou transformés s’effectuera en fonction des besoins du marché, ainsi que de l’intérêt des enseignants et des élèves. Les profits de l’école-entreprise seront réinvestis dans l’établissement. Les activités se poursuivront en été afin d’assurer un minimum de production.

Réduire le nombre de décrocheurs

Sur le plan pédagogique, en plus de leur formation en entreprise, les élèves recevront des cours de français et de mathématiques. Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport reconnaît ce programme en accordant un certificat de formation en entreprise et récupération aux jeunes qui réussissent cette formation de trois ans. La commission scolaire a vu dans cette initiative l’occasion d’augmenter le taux de diplomation et de qualification des élèves avant l’âge de 20 ans sur son territoire.

«En 2008, ce taux chez les garçons se situait à 66 % alors que chez les filles, il s’élevait à 82 %. En conséquence, la commission scolaire s’est fixé comme objectifs d’augmenter de 10 % d’ici l’année 2020, son taux de diplomation et de qualification, ainsi que de réduire son nombre de décrocheurs de 312 à 197», a précisé le directeur général de la commission scolaire, Serge Pelletier.

Une recherche-action sur la persévérance scolaire réalisée en 2009-2010 par la commission scolaire a révélé que 60 % des élèves ayant abandonné leurs études provenait de la clientèle en adaptation scolaire.

 

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

Organisations: Académie Sainte-Marie afin, Réseau de transport de la Capitale, Ministère de l’Éducation Québec Hebdo

Lieux géographiques: Beauport

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires