Le gouverneur général du Canada discute d’intimidation avec des élèves de la Seigneurie

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

De passage à l’école secondaire de la Seigneurie de Beauport dans le cadre de la Semaine nationale de la prévention du suicide, le gouverneur général du Canada David Johnston a discuté, cet après-midi, avec des élèves et des enseignants de l’établissement qui ont formé ensemble le comité TAXI pour dénoncer et contrer le taxage et l’intimidation en milieu scolaire.

Le couple a débuté sa visite par un entretien privé dans une salle de conférence en présence du président de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, Jean-Marc Laflamme, de membres de la direction de l’école et du comité TAXI composé de l’enseignante en éthique et culture religieuse, Sarah Bouchard, de personnel non enseignant, psychologue, animateurs à la vie spirituelle et communautaire et des 12 étudiants de cinquième secondaire, auparavant sélectionnés en quatrième secondaire pour faire partie de ce groupe de prévention à la violence.

Accompagné de son épouse Sharon, l’honorable David Johnston a d’abord souligné que le couple avait décidé de venir dans cette école secondaire de Beauport après avoir pris connaissance d’un reportage télévisé sur les ondes de Radio-Canada traitant de ce projet mis de l’avant par des jeunes et leurs enseignants.

Les étudiants impliqués dans cette initiative ont alors profité de l’occasion pour témoigner des défis et expériences personnelles qui les ont incités à s’impliquer au sein de ce comité qui traite même les situations problématiques sur les médias sociaux.

Un rayonnement à travers le Canada

S’exprimant très bien en français, le couple s’est dit impressionné par l’implication de ces adolescents et a mentionné qu’il entendait bien partager avec d’autres écoles secondaires au Canada tout ce qu’il avait appris à la suite des témoignages livrés par les jeunes. Et bien plus, le gouverneur général et son épouse ont démontré leur solidarité envers la non-violence en milieu scolaire en laissant une empreinte symbolique de leur main sur le «Mur qui frappe», une initiative mise de l’avant par le comité à laquelle ont participé l’automne dernier plus de 600 étudiants lors du lancement de la Semaine de la non-violence. Au bas de ce mur tapissé de mains rouges, on y retrouve l’inscription «Quand l’agression devient solution, réagissons!», un leitmotiv que chacun des participants s’est engagé à observer tout au long de l’année scolaire.

Une visite très gratifiante

Pour deux étudiants membres du comité TAXI, cette visite du gouverneur général du Canada représentait tout un honneur. «J’ai trouvé ça très gratifiant de voir que des gens très importants comme eux veulent nous rencontrer pour en savoir davantage sur ce que le comité fait dans l’ombre depuis 2005 pour enrayer la violence et faire en sorte que les élèves de tous les niveaux se sentent en sécurité dans leur école», a confié Virginie Chantal-Bossut.

Mathieu Fournier était aussi du même avis. «J’ai été très impressionné de cette rencontre avec le gouverneur général du Canada. C’est très instructif et motivant de voir avec quel intérêt il nous a écoutés en plus de nous dire que c’était vraiment important ce que nous faisons».

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

Organisations: Commission scolaire des Premières-Seigneuries, Groupe de prévention, Radio-Canada Québec Hebdo

Lieux géographiques: Canada S’, Beauport

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires