Unibéton entend modifier ses opérations

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Les sinistrés en faveur d'un règlement municipal

Éprouvée par une opération de dynamitage ratée d'un de ses sous-traitants qui a causé la semaine dernière une pluie de roches jusqu'à 400 mètres autour de la carrière dont elle est propriétaire, l'entreprise Unibéton de Beauport a décidé de donner suite aux engagements pris lors d’une rencontre avec le groupe de citoyens touchés par l'incident. Selon le directeur général, Yvon Fortin, des mesures concrètes seront mises de l'avant pour améliorer la qualité de vie des résidents du secteur.

Pour répondre aux demandes des citoyens, Unibéton adoptera de nouvelles heures d’opérations pour le forage, le dynamitage et le concassage/tamisage qui s'échelonneront dorénavant entre 7h et 17h, du lundi au vendredi et il n’y aura plus de concassage/tamisage le samedi. «Le contrôle et la gestion des émissions de poussières seront accentués. Au bétonnage des voies de circulation des camions de livraison réalisé en 2007, s’ajoutera l’amélioration du système de gicleurs et une meilleure gestion des opérations de concassage/tamisage. Dans le but d’atténuer encore plus les vibrations, les opérations de dynamitage seront planifiées afin que les ondes soient encore moins perceptives. L’aspect visuel sera également modifié. Les pierres concassées seront dorénavant mises en piles à une plus grande distance des murs écrans. Initié à son origine par la compagnie, le comité de relations avec les citoyens sera réanimé», précise M. Fortin. «L’ensemble de ces mesures démontre la ferme détermination d’Unibéton de continuer à se comporter en citoyen corporatif responsable. Notre carrière approvisionne la région de Québec en pierre calcaire depuis plus de 300 ans. Des actes notariés démontrent que, dès 1670, elle fournissait la pierre et la chaux nécessaires à la construction des maisons du Vieux-Québec et du Séminaire. On y produit annuellement quelque 350 mille tonnes métriques de pierre concassée. Les opérations de production d’agrégats et de béton qui s’y déroulent génèrent 66 emplois directs et des retombées annuelles de plus de 25 M $ dans l’économie de la région de la Capitale», ajoute M. Fortin.

«Mais, est-ce que tout ça va durer?»

Invités à commenter ces nouvelles mesures adoptées par l'entreprise, quelques résidents du secteur demeurent toutefois perplexes à savoir si tout ça va durer. Selon Pierre Ménard, il y a beaucoup d'amélioration et c'est un grand pas de franchi, mais la compagnie ne fait aucunement mention du transbordement d'agrégats et qu'il va y avoir encore des camions qui vont se faire remplir de «garnottes» après 17h et le samedi, et qui vont se promener le soir. On ne parle pas non plus des camions de ciment et du déversement de leur eau souillée dans la rivière Beauport». Pour Michel Prévost, un résident de longue date de la rue Chabanel, la meilleure solution sera de demander à la Ville de Québec qu'elle adopte un règlement municipal pour faire respecter les heures d'opération proposées par l'entreprise. «Pour le contrôle des émissions de poussières, Unibéton propose au bétonnage des voies de circulation des camions réalisé en 2007, l`amélioration du système de gicleurs, mais il y a seulement la côte qui arrive en face de nos maisons qui est en béton. Le chemin qui passe derrière le mur de béton face à nos maisons va rester sur le concassé et il n'y aura pas vraiment de contrôle de la poussière».

Les sinistrés seront dédommagés

Faisant un retour sur ce malheureux incident, M. Fortin a déclaré que l’entreprise verrait à rembourser entièrement et rapidement les sinistrés ne détenant pas d’assurance pour les dommages causés à leurs biens et à faire en sorte que soient rapidement versées les indemnisations à ceux qui détiennent une assurance, incluant la franchise. «Les services du sous-traitant responsable de l’erreur de dynamitage ne seront plus retenus. Unibéton imposera des critères plus stricts pour les opérations de ses sous-traitants et dictera dorénavant de manière plus spécifique la façon d’exploiter la carrière. Le forage et le dynamitage feront l’objet d’une surveillance technique accrue», conclut M. Fortin.

Lieux géographiques: Région de Québec, Vieux-Québec, Région de la Capitale Rivière Beauport Rue Chabanel

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Line Bédard
    19 juillet 2010 - 12:40

    Je suis d'accord avec avec la prise de mesures pour la qualité de vie des citoyens et aussi sur les heures car nous sommes aux pris avec le même problème à Château-Richer et il n'y a pas d'heures, le jour, le soir, la nuit. Les camions, la poussière, en voulez-vous du bruit, nous sommes servis. Bonne chance à votre Comité pour qu'enfin les propriétaires de ces entreprises comprennent qu'il y a des citoyens autour d'eux et que c'est à nous de choisir à quelle heure on doit se lever et à quelle heure on doit se coucher.