Le marché immobilier de Beauport tourne rondement

Jacques Bélanger
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dans l’arrondissement Beauport, le marché immobilier ne connaît pas d’accalmie. Selon Gina Gaudreault, directrice générale de la Chambre immobilière de Québec (CIQ), c’est un des secteurs les plus dynamiques de la grande région de Québec.

Le marché immobilier de Beauport tourne rondement

«Dans cet arrondissement, ce sont les maisons unifamiliales qui ont fait l’objet du plus grand nombre de transactions», explique Mme Gaudreault, qui précise que le nombre de ventes pour le mois de juillet a légèrement chuté par rapport à l’an dernier. «En 2008, le nombre de propriétés vendues a été de 46, comparativement à 42 cette année, soit une diminution de 8,6 %. En revanche, le prix moyen des propriétés a continué d’augmenter, passant à 189 888 $ au 31 juillet cette année, une hausse de 5,4 % par rapport à 2008.»

Gina Gaudreault précise que le délai de vente d’une maison est resté le même que celui de l’an dernier, soit 65 jours et que le nombre de propriétés à vendre (132) a également été le même que l’an dernier.

Entre janvier et août 2009

Les sept premiers mois de l’année 2009 ont été fort actifs, avec 347 ventes de propriétés, en hausse de 3,5 % par rapport à l’an dernier et le prix de vente a, lui aussi, connu une légère augmentation (1,4 %).

Le marché de la copropriété, quant à lui, a connu une diminution importante des ventes. «De 89, en 2008, les ventes sont passées à 55, en 2009. Il s’agit d’une baisse de 38 % qu’on peut expliquer par la construction de logements neufs. En effet, note la directrice de la CIQ, il faut savoir que durant les périodes de construction, les gens ont tendance à opter pour du neuf, mais lorsque la construction connaît un ralentissement, c’est le marché existant qui prend le relai.»

Marché d’acheteurs ou de vendeurs?

Quant aux conditions de marché, elles diffèrent selon le prix des maisons. «Pour les propriétés de moins de 250 000 $, c’est toujours un marché où ce sont les vendeurs qui ont l’avantage. En revanche, dans le cas des propriétés de 250 000 $ et plus, ce sont les acheteurs qui ont le gros bout du bâton», souligne Mme Gaudreault.

«Quant à l’état du marché de l’arrondissement de Beauport, poursuit-elle, je constate qu’il est toujours en action. Cette progression a été particulièrement remarquable au cours des cinq dernières années puisque le prix moyen des propriétés a connu une hausse de 47 %, soit 7,5 % par an. C’est donc un secteur très dynamique».

Lieux géographiques: Arrondissement de Beauport

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires