Le Salon des carrières maritimes suscite l’intérêt

Isabelle
Isabelle Chabot
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le temps pluvieux n’a pas modéré l’ardeur des visiteurs du Salon des carrières maritimes Bienvenue à bord. D’ici ce soir, plus de 1200 personnes devraient avoir franchi le tourniquet à la baie de Beauport selon les organisateurs.

«Au contraire, il y a un flot continu de personnes depuis l’ouverture de l’événement, le 1er octobre, confirme le directeur général du Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie maritime (CSMOIM), Claude Mailloux. C’est beaucoup mieux que ce que l’on prévoyait. On ne savait pas trop à quoi s’attendre pour la dernière journée.»

En effet, les principaux visiteurs du salon sont les jeunes. Ils sont 800, provenant de plus d’une quinzaine d’écoles secondaires du Québec à avoir visité le site, jeudi et hier. «On prévoyait 500 élèves au départ, 1200 personnes au total se sont présentées, ce qui correspond à notre capacité d’accueil cette année», convient M. Mailloux. L’objectif ultime de cette première édition était d’attiser l’intérêt des jeunes sur les carrières maritimes pour recruter des travailleurs, à long terme, en vue d’une pénurie d’employés.

Des ateliers pratiques, des conférences sur les professions maritimes et des visites guidées d’engins marins étaient organisés durant les trois journées découvertes. Parmi les plus populaires, les cours sur la confection de nœuds marins et la visite de l’aéroglisseur de la Garde côtière canadienne semblent avoir marqué l’imaginaire des visiteurs.

Du côté de la clientèle adulte, plusieurs d’entre eux se sont présentés à la baie de Beauport afin d’en savoir plus sur les carrières disponibles. «On a pu observer des résultats appréciables chez les adultes aussi, assure Claude Mailloux. Ils viennent avec une idée, un intérêt et des questions en tête, contrairement aux jeunes où l’on sème des graines. Certaines germeront, d’autres non.» Aucun emploi n’était offert, l’événement ayant une formule plus familiale et informative.

Deuxième édition possible l’an prochain

Plusieurs participants du milieu scolaire ont demandé que l’événement soit répété l’an prochain. Un bilan sera tenu dans les prochaines semaines afin d’évaluer la formule selon le directeur général du CSMOIM. Le coût du salon est évalué à près de 60 000 $. Le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie maritime a reçu une aide financière de 10 000 $ de la part du ministère des Transports du Québec.

Organisations: Comité sectoriel de main-d’œuvre, Garde côtière canadienne, Ministère des Transports du Québec

Lieux géographiques: Québec, Baie de Beauport

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires