Recommandations pour sauvegarder le patrimoine religieux à Québec

François
François Cattapan
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le groupe de travail sur le patrimoine des communautés religieuses de Québec vient de déposer son rapport à la Ville de Québec. Le document attendu formule cinq recommandations visant à assurer l’avenir des propriétés des communautés religieuses situées sur le territoire de la capitale.

L'objectif n'est pas d'empêcher, mais bien de faciliter le redéveloppement du riche patrimoine immobilier des communautés religieuses à Québec.

«Les communautés religieuses vivront des changements importants au cours des prochaines années, rappelle Julie Lemieux, conseillère municipale responsable de la culture et du patrimoine au comité exécutif de la Ville de Québec. Forts de ce rapport, nous mettrons en place une approche facilitatrice afin de les accompagner dans le redéveloppement de cet important patrimoine immobilier. Ces communautés nous ont légué un héritage inestimable que nous devons respecter et perpétuer.»

Selon les observations contenues dans le rapport, on dénombre quelque 56 immeubles qui sont souvent devenus trop grands ou trop coûteux à préserver pour les communautés religieuses. Généralement bien situés, ils font l'objet de convoitise de la part de promoteurs désireux de la convertir en complexes résidentiels. Si certaines propriétés patrimoniales sont intouchables, comme le couvent des Ursulines et le Petit Séminaire dans le Vieux-Québec, plusieurs autres ne pourront être sauvegardées.

De l'avis de la conseillère municipale indépendante et architecte de profession, Anne Guérette, «le rapport sur le patrimoine des communautés religieuses constitue un travail de grande qualité qui résume bien la situation et les actions que la ville de Québec doit entreprendre si elle veut assurer le meilleur avenir qui soit au riche patrimoine qui nous est légué par les communautés religieuses.»

Elle déplore toutefois qu'il soit un peu tard dans le dossier puisque selon le rapport, 26 des 56 propriétés analysées par l’expert Martin Dubois de la firme Patri-Arch, ont un nouveau propriétaire. Cela réduit grandement le pouvoir d'intervention. «Néanmoins, admet Mme Guérette, mieux vaut tard que jamais pour agir et saisir les occasions qu’il nous reste pour enfin se doter d’un encadrement règlementaire particulier en matière de patrimoine religieux.»

Points saillants

Le groupe de travail formule cinq recommandations à la Ville de Québec dans son rapport, soit :

- Retenir les recommandations du précédent rapport de la firme Patri-Arch (2006) pour orienter ses décisions sur la reconversion des propriétés religieuses;

- Adopter dans un court délai un programme particulier d’urbanisme (PPU) pour l’arrondissement historique de Sillery;

- Dégager les ressources professionnelles nécessaires à l’élaboration des schémas de développement pour les propriétés des communautés religieuses concernées;

- Créer un organe de concertation et de collaboration avec les différentes communautés religieuses, le diocèse et le ministère de la Culture du Québec;

- Compléter les inventaires des chapelles, des biens mobiliers d’intérêt, des oeuvres d’art et des archives et adopter des mesures pour les préserver et les mettre en valeur auprès du public.

Comité de suivi

Sur la base de ces recommandations, la Ville de Québec met sur pied un comité de suivi qui constituera la porte d’entrée vers l’administration municipale pour les communautés religieuses. Celles-ci pourront y soumettre un projet, formuler des commentaires ou présenter une demande d’information.

C'est la conseillère municipale responsable de la culture et du patrimoine, Julie Lemieux, à qui le maire de Québec, Régis Labeaume, a confié la responsabilité de piloter cet organisme. Elle travaillera avec Mario Dufour, qui agira à titre de directeur de projet à la mise en valeur du patrimoine religieux auprès de la direction générale de la Ville.

Le duo sera appuyé dans son travail par les autres membres du comité de suivi : François Picard, conseiller municipal et vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec; Serge Viau, ancien directeur général à la Ville et consultant; Fernand Martin, directeur du Service de l’aménagement du territoire, Alain Thériault, directeur général adjoint par intérim au développement durable; ainsi que Renée Desormeaux, coordonnatrice à la mise en oeuvre de projets d'aménagement et de patrimoine.

Le rapport du groupe de travail sur le patrimoine des communautés religieuses de Québec est accessible dans le site Internet de la Ville

Organisations: Patri-Arch, Ministère de la Culture du Québec, Service de l’aménagement

Lieux géographiques: Québec, Sillery

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires