Les libéraux se donnent rendez-vous dans quatre ans

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Emportés par la vague néo-démocrate, les candidats libéraux de la région de Québec ont exprimé dans la défaite leur désir de se donner rendez-vous dans quatre ans pour renverser la vapeur.

Les candidats libéraux défaits Jean Beaupré, Lorraine Chartier, Martine Gaudreault, François Payeur, Philippe Mérel et Réjean Thériault sont tout de même heureux de leur expérience et donnent rendez-vous aux électeurs dans quatre ans.<@CP> (Photo Michel Bédard)

Pour Robert Gauthier, candidat défait dans Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord, le résultat de cette élection c’est la plus belle démocratie que l’on ne pouvait pas avoir. «Le peuple s’est exprimé et moi je respecte ça au maximum. On avait un excellent programme, mais le vent de changement était là».

Lorraine Chartier a souligné que pour une première expérience en politique fédérale, elle considérait sa performance comme une victoire personnelle dans Beauport-Limoilou. Mme Chartier a ajouté qu’elle avait trouvé un directeur de campagne en vue de se présenter à nouveau dans quatre ans.

«Dans une élection, on n’est pas gagnant, ni perdant, on apprend beaucoup. Je connais tellement le comté de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, que je vais continuer à être en lien avec les gens. Je suis fière d’avoir fait ce parcours et je demeure solidaire avec le programme libéral. C’est malheureux, on s’est fait doubler par la gauche», a mentionné Martine Gaudreault.

Candidat dans Portneuf-Jacques-Cartier, Réjean Thériault a lancé que l’élection de Stephen Harper en gouvernement majoritaire pour quatre ans va permettre aux gens de voir qui il est vraiment et donner le temps au Parti libéral de se structurer pour revenir en force.

«Ça fait deux fois que je me présente et j’ai un profond respect pour la démocratie. J’aime le Canada et je souhaite mourir Canadien. On a eu une belle leçon ce soir avec la presque disparition du Bloc québécois. S’il reste encore trois ou quatre bloquistes à Ottawa, c’est encore trop», a commenté de façon cinglante le libéral Jean Beaupré défait dans Louis-Hébert.

Un mauvais timing pour une première expérience

Candidat dans Louis-Saint-Laurent, Philippe Mérel a dit sur un ton ironique que pour une première expérience en politique, son sens du timing n’était pas vraiment excellent. «C’est une grande déception, mais je sors la tête haute de cet exercice parce que l’on a fait une belle campagne en équipe sur le terrain. Il faut accepter ce choix démocratique».

Considéré comme une étoile montante, François Payeur a fait campagne dans la circonscription de Québec. «Le Parti libéral a beaucoup à apprendre de cette défaite. J’ai rencontré beaucoup de gens en détresse sur le terrain, notamment des personnes âgées et des jeunes qui voulaient du changement à Ottawa. C’est à nous de décider quel message on va lancer dans la prochaine campagne électorale pour aller les reconquérir».

Organisations: Parti libéral, Bloc québécois

Lieux géographiques: Montmorency-Charlevoix-Haute-Côte-Nord, Ottawa, Portneuf Canada Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires