Le gros G que j’ai aimé

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

J’entretiens une relation amour-haine avec les Packers.

Dans ma verte (et jaune) fin d’adolescence, j’ai bien aimé la troupe de Brett.

J’étais garde à droite sur la ligne offensive des Gaillards au Cégep de Jonquière. Notre uniforme, bleu, blanc et rouge, empruntait le G majuscule et aplati des Packers. Seules les couleurs différaient. Nous nous plaisions à nous identifier à ces athlètes de grand talent.

À l’issue de mes études collégiales, la carrière m’a portée dans la métropole. Arborant fièrement la veste de mon Alma Mater, je me dirige, un jour, dans un dépanneur pour m’y procurer revue, croustilles et Coca-Cola. La caissière, une grande rousse aux yeux verts, de ce que je me rappelle, me demande s’il y a longtemps que je travaille dans les cinémas Guzzo? J’ai été quelques semaines sans vêtir mon manteau des Gaillards.

Plus tard, quelques années tout au plus, je m’étais réapproprié le droit de porter fièrement à l’occasion, des vêtements aux couleurs de mon ancien club jonquiérois.

Un jour, en compagnie de ma copine de l’époque, arborant un polo des Gaillards, je rencontre un de ses amis. Après les présentations d’usage, le camarade, un grand roux aux yeux verts, de ce que je me rappelle, plus porté sur les arts, la culture, le monde underground et la Sainte-Catherine que sur les sports, me demande qui sont les Gays-Lards.

J’ai enterré le G et déterré la hache de guerre.

J’aime beaucoup mieux les Steelers maintenant. Surtout qu’ils vont rafler un autre Super Bowl dans moins de deux semaines. Croyez-vous?

Quelle est votre équipe préférée? Pourquoi?

Êtes-vous capables d’imaginer Troy Polamalu, roux et les yeux verts? Pas moi.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Yanick Michaud
    27 janvier 2011 - 16:43

    J'en parlais avec des confrères journalistes et des amis, amateurs de football, et ce que je retiens, c'est que les Packers, comme c'est le cas depuis de nombreuses années, ne dépendent souvent que d'un seul joueur. Et cette fois, c'est leur quart-arrière, Aaron Rodgers. Comme Rodgers va, comme les Packers vont. Ça ne rappelle à personne le cas Brett Favre, qui a mené les siens pendant une longue décennie? Amateurs de cheese heads, à vos ailes, party!

  • Marc
    24 janvier 2011 - 16:28

    moi aussi j'ai porter le G, et oui j'ai aimé les Packers (plutôt le talent de Favre) pendant la disette des Steelers. mais étant un mordu de Pittsburgh depuis 1979, je ne peux pas concevoir une défaite des Steelers.

  • steve
    24 janvier 2011 - 15:43

    oui maintenant que les packers ont vaincu de chance (the bears) j espere bien que les troupes Big Ben Roethlisberger et troy polamalu vont puvérisé les cheesehead de green bay dans ce superbowl xlv.