La vérité sur le Festival Gay Pride

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Apparence de décision politique

On connaît maintenant ce qui s’est passé entre le Festival Gay Pride de Toronto et le gouvernement de Stephen Harper l’année dernière.

Les documents viennent de sortir publiquement.

Le printemps dernier les organisateurs de cette grande fête annuelle réunissant homosexuels, bisexuels et transgenres s’attendaient  recevoir un octroi de 630 000 $ du gouvernement Harper pour boucler leur budget.

Après tout,  « Gay Pride » est le troisième plus grand festival du genre au monde.  Leur demande d’octrois avait été dûment présentée et selon les fonctionnaires tout semblait en règle.

L’année précédente le « Gay Pride »  avait attiré 2 millions de visiteurs et l'octroi fédéral de 400 000 $ avait permis d’en récolter 6 millions de plus – un beau profit pour le Canada.

Malheureusement les organisateurs rêvaient en couleurs, dans leurs cas, dans les couleurs de l’arc-en-ciel.

 

Certains diront qu’ils auraient dû s’en douter.  L’année précédente, la ministre qui avait accordé l’octroi, Diane Ablonczy, avait perdu ses responsabilités ministérielles pour les Programmes des manifestations touristiques de renoms (PMTR) pour les voir confiées au ministre de l’Industrie, Tony Clement.

Ce geste avait été posé suite à une polémique dans le parti de Harper entre les conservateurs modérés et les « Reformers ». Ces derniers ne pouvaient accepter que l’on finance une célébration  « homosexuelle » à même les derniers publics.

Le ministre Clement, qui venait de dépensé 50 millions $ dans sa circonscription sur toutes sortes de projets insensés en raison du G-8, a prestement annulé l’octroi au festival « Gay Pride. »

Pas une cenne! L’argent a plutôt été redistribué ailleurs à Toronto.  Un festival de lumière, le Luminato, a reçu 2,6 millions $  et une foire agricole, le Royal Winter Fair a reçu 1,9 millions $.

Deux autres événements gais de Montréal se sont retrouvés devant une sacoche vide : le « Black and Blue » et le « Divers/Cité. »  Pas une cenne là non plus. 

Pur hasard, a dit Clement.

Mais inutile de dire que le Calgary Stampede et le Calgary Folk Festival ont reçu leurs subventions.

Et qui dit que l’idéologie n’a pas de rôle dans les décisions du gouvernement Harper?

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires