Lexus CT200h

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Mi-Figue, Mi-Raisin

Calgary, Alberta- Lexus, qui a toujours été synonyme de véhicules statutaires, désire rajeunir sa clientèle et offrir un produit plus accessible à ceux qui ont l’écologie à cœur. L’interprétation de cette nouvelle approche s’appelle la CT 200h, une Prius pour les riches.

 

Ce n’est pas une Mazda 3

 

Pour plaire à une clientèle plus jeune, il faut aller chercher un style plus jeune, et c’est le côté pratique du modèle à hayon qu’on a retenu. Si vous avez l’impression de voir une Mazda3, vous n’avez pas tort, les proportions sont, aux millimètres près, les mêmes. La face avant, avec ses blocs optiques en losange étirés sur les ailes encadrant une calandre trapézoïdale, signe son appartenance au style L-Finesse de la famille Lexus; pour ce qui est de la face arrière, elle accueille un hayon surmonté d'un becquet et une vitre étroite débordant sur les côtés. Le profil est, à s’y méprendre, celui d’une Mazda3.  Lexus a travaillé son coefficient de traînée, qui est de 0,29, pour favoriser l’économie de carburant.

 

Un intérieur flatteur

 

Comme tous les modèles Lexus, le cuir règne en roi à l’intérieur. Les matériaux se composent de plastiques moussés, d'aluminium mat et de cuirs surpiqués. Tout a été pensé en fonction d’une consommation minimale d’énergie. Ainsi la berline redirige la chaleur (pas les gaz) générée par les échappements pour chauffer plus rapidement l'habitacle. La chaîne audio utilise des composants et des matériaux à faible consommation et qui ont un impact marginal sur l'environnement. Et le contour des haut-parleurs est fabriqué en bambou, recyclable et plus résistant que le plastique. Proposant à la fois du luxe et de la haute technologie, le dessin de la planche de bord est à la fois précis et esthétique. Il faut aller dans la version technologie pour avoir droit au système de navigation (qui se déplie dès qu’on met le contact) à commandes vocales et à la commande Remote Touch qui vous permet de naviguer dans le menu à la manière d’une souris d’ordinateur. Enfin, une série d’instruments situés devant le conducteur hébergent trois cadrans. Celui de gauche évolue en fonction du mode de fonctionnement, Eco, Normal ou Sport. 

 

Le même groupe motopropulseur que la Prius

 

La CT 200h reprend de la Prius son groupe motopropulseur, soit le moteur à essence de 1,8 litre de 99 chevaux épaulé par le moteur électrique, pour une puissance combinée de 134 chevaux. Lexus annonce une consommation moyenne de 4,6 litres aux 100 kilomètres dans des conditions idéales. Par une journée d’hiver, à –5 degrés, dans la région de Calgary, nous avons terminé notre journée avec une moyenne de 6,3 litres aux 100 kilomètres, soit à peu de choses près la même consommation qu’une Prius. La CT 200h dispose, en outre, d'un réglage de boîte forçant la recharge de la batterie et générant l'équivalent d'un puissant frein moteur nommé le mode Eco. Il existe un mode EV qui permet de rouler à 100 % électrique, mais en raison de la faible puissante des batteries du type nickel métal hydrure, ce mode est pratiquement inutilisable. Il faut accélérer presque sans toucher l’accélérateur, ne pas dépasser les 40 km/h et se limiter à une distance de 2 kilomètres. J’ai roulé à près de 100 km/h sur presque 3 kilomètres au volant d’une Sonata hybride. Toyota a pris du retard et devrait se mettre aux batteries lithium-ion. Le mode Sport vous permet de tirer le maximum de la faible puissance du moteur.

 

Au volant

 

Commençons par les fleurs. Lexus a réussi à mettre un peu de bonnes sensations grâce à une direction électrique précise. Le calibrage de la suspension est aussi un atout intéressant qui rend la conduite plus vivante. Il faut toutefois conduire en douceur pour profiter des bienfaits du système hybride. Si vous conduisez de manière naturelle ou, pire, sportive, vous serez amèrement déçu. La boîte CVT est poussive et s’accompagne d’un ronronnement douloureux du moteur. Sur le mode Eco, vous ne dépasserez pas les 3 000 tours par minute. L’équilibre est bon, mais le poids des batteries donne une lourdeur certaine dans la conduite.

 

Conclusion

 

La CT 200h offre un format pratique, assez d’espace pour quatre et un coffre digne de ce nom. Le prix qui débute à plus de 30 000 $ (plus 2 000 $ de frais de transport et de préparation) éloignera sans doute les jeunes familles qui n’ont pas ce genre de budget. Les ventes seront meilleures que celles de la HS 250h, mais demeureront marginales; en effet, pour la moitié du prix, vous pouvez vous procurer un petit véhicule à hayon qui vous donnera plus de plaisir de conduire et un rendement énergétique quasi identique.

 

Forces

 

Confort et finition de qualité

Consommation

Silence de roulement

 

Faiblesses

Boîte CVT

Manque d’insonorisation

Bruit du moteur à l’accélération

 

Fiche Technique

 

Moteur

L4 1,5 l DACT, 134 ch à 5000 tr/min

Couple 105 lb-pi à 4000 tr/min

Transmission automatique à variation continue

0-100 km/h 10,3 s

Vitesse maximale 185 km/h

Consommation (100 km) 6,3 l (octane 87)

 

 

Autres composantes

Sécurité active freins ABS, distribution électronique

de force de freinage, assistance au freinage, antipatinage et contrôle de stabilité électronique

 

Suspension avant/arrière indépendante / semi-indépendante

Freins avant/arrière disques

 

Direction à crémaillère, assistée

 

Pneus P205/55R16, 

Option :P215/45R17

 

Dimensions

Empattement 2600 mm

Longueur 4320 mm

Largeur 1765 mm

Hauteur 1440 mm

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires