Bizarre résultat de sondage

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Avertissement et réjouissance pour Harper

Les Canadiens ont élu Stephen Harper et ses conservateurs, mais un sondage cette semaine montre que les Canadiens ne sont pas en amour avec ses politiques. 

Peut-on conclure donc, qu’ils ont voté pour l’homme et non pas pour son programme? 

C’est très important, parce que le discours du Trône de vendredi est axé précisément sur ce que Harper a promis lors de la campagne électorale.

Et c'est précisément ce que le peuple canadien rejette!

C'est important aussi parce que Harper et les siens s'en vont dans un grand congrès national à Ottawa la semaine prochaine. Adopteront-ils ce que le peuple canadien demande ou ce qu'ils veulent comme conservateurs?

La maison de sondage Environics, une maison très réputée, a interrogé 2000 personnes par téléphone du 12 au 22 mai. Leur sondage a une marge d'erreur de plus ou moins 2,2 points de pourcentage.

Le sondage révèle qu’une majorité de Canadiens ne veulent pas que Harper donne des réductions d'impôt de 6 milliards $ aux grandes sociétés, les banques et les pétrolières. C’est précisément ce qu'il a promis de faire dans le budget de son ministre Jim Flaherty la semaine prochaine.

Une majorité s’oppose à l'achat des avions de combat F-35 Lockheed Martin - qui nous coûteraient 29 milliards $ ou même plus et dont l’utilité pour un pays comme le nôtre est grandement mise en doute. Ces avions serviront plus à l'attaque sur d’autres pays qu'à la défense de nos frontières. Ces avions seraient presque inutiles dans le Grand Nord avec leur unique moteur et leur demi-heure de vol sans refaire le plein.

Les réductions d’impôts pour les grandes compagnies et les « jets à Harper » sont deux éléments majeurs du plan du gouvernement conservateur Harper  pour le Canada des prochains quatre ans.

Pas du tout ce que les Canadiens veulent.

Dans un sondage réalisé pour Radio-Canada, Environics révèle que  53 pour cent des personnes interrogées ont déclaré qu'elles étaient opposées à la réduction  du taux d'imposition de 16,5 pour cent à 15 pour cent pour les grandes sociétés.

Seulement 39 pour cent  sont d'accord avec la coupe et huit pour cent ne savaient pas.

Plus de la moitié - 52 pour cent - dit que le Canada ne devrait pas acheter 65 avions de combat F-35, tandis que 37 pour cent ont déclaré que le gouvernement devrait les acheter. Douze pour cent ne savaient pas.

Mais surprise, il y a un appui solide pour la réforme du Sénat.

Sur cela au moins, Harper est avec les Canadiens. Le soutien est solide: 65 pour cent sont d'accord avec la mise d’une limite de huit ans sur les nominations au Sénat. Seulement 24 pour cent sont en désaccord.

Les vieux sénateurs qui espéraient passer leurs beaux jours dans le calme de la Chambre haute seront déçus.

Enfin, Harper est du bord du peuple.

Est-ce pour cela que la réforme du Sénat est la première chose que Harper a mis à l'ordre du jour du nouveau parlement, parce qu'il sait que ça sera bien reçu?

Nous savons déjà que la réforme du Sénat est bien vue par les vieux « réformistes » qui forment la base du Parti conservateur et qui seront en majorité au congrès du parti au congrès ici à Ottawa les 10 et 11 juin.

En anglais cela s’appelle une situation « Win-Win. »

Il y en a parmi les délégués qui attendent depuis 20 ans que Harper livre la marchandise sur la réforme du Sénat.  Pour eux, c'est le temps. Maintenant.

Plus des deux tiers des interrogés ont dit qu'ils veulent que le gouvernement fédéral continue à payer les coûts des soins de santé.

C’est énorme. 

Seulement un quart des personnes interrogées ont dit qu'elles voulaient commencer à payer leurs soins de santé elles-mêmes. Le sondage n’indiquait pas le revenu annuel de ces individus.

Parmi ceux qui ont déclaré avoir voté conservateur, 65 pour cent veulent voir le gouvernement continuer à couvrir la plupart des coûts de santé.

Ceci indiquerait que sur cette question au moins, les conservateurs ne sont pas tellement différents des autres Canadiens.  La grande majorité des partisans des partis d'opposition sont d'accord, avec 82 pour cent des électeurs libéraux et 76 pour cent des deux NPD et du Bloc québécois disent non à l'augmentation de paiement privé.

Il y en a qui parle beaucoup ces jours-ci sur Twitter et Facebook d’une fusion des libéraux et du NPD pour faire l'unité et débarquer Harper avant qu'il ne fasse trop de mal au pays.

D'après le sondage, ces « fusionnistes » rêvent en couleurs. Les trois quarts des gens qui ont voté NPD et les 72 % des militants libéraux du sondage s'opposent à une fusion entre les deux partis. Ils veulent que les deux partis restent distincts.

C'est de quoi réjouir Harper. Son opposition restera divisée.

Il est intéressant de constater que des sondages nous disent des choses sur nous bien différentes de ce que nous pensions que les élections avaient réglé.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page