Harper les a mis à la porte

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il ne pouvait plus attendre

Même avant que son ministre des finances Jim Flaherty présente son budget l’autre jour, Stephen Harper avait déjà commencé à mettre à pied des employés du fédéral.

Pour certains, les départs sont immédiats.  D’autres auront jusqu’à la fin du mois ou à la fin de l’année. On s’attend qu’avant la fin de l’année une vingtaine de ministères seront sévèrement touchés.

Au ministère de l’Environnement, 50 travailleurs se sont fait dire qu’ils seront sans emploi à partir du 30 juin.  On s’attend que le ministère de l’environnement sera un des plus touchés par les compressions budgétaires.

Le gouvernement Harper préfère ne pas dire quelle sorte de travail faisaient ceux qui sont partis par la grande porte.

Harper a défendu ces ex-employés d’en souffler un mot à quiconque, sauf à leur famille, leur conseiller financier, et leur avocat. Sinon, ils perdent leur prime de départ – neuf mois de salaire dans certains cas, seulement deux semaines pour d’autres.

 

Harper aime jouer dur et faire ses affaires en secret autant que possible. Le « timing » était important. Il ne fallait pas que la nouvelle sorte durant la campagne électorale. Maintenant ce n’est plus important. Il reste quatre ans à Harper.

La guerre à l’environnement remonte assez loin. Les lobbyistes des grandes sociétés pétrolières de l’Alberta, surtout celles dans les sables bitumineux, poussent Harper dans le dos pour depuis un an pour qu’il réduise les effectifs du ministère de l’Environnement. 

Selon les chiffres fournis par le Registraire du lobbying à Ottawa, les lobbyistes des pétrolières étaient parmi les visiteurs les plus fréquents aux bureaux du Premier ministre l’année dernière. On est porté à croire que ce n’était pas des simples visites de courtoisie.

Les mises à pied à l’environnement ont été suivies de 33 autres au ministère des pêcheries.

Hier on a appris que les bureaux des bases de rescousse et de sauvetage de la Garde côtière seront fermés à St-Jean, Terre-Neuve et à Québec.  On s’attend que 24 emplois disparaîtront.

Ceux qui tomberont dans l’eau dans la région de St-Jean ou de Québec, ou ceux qui auront le malheur d’être à bord un bateau qui coule, eh bien, ils pourront toujours téléphoner à la Garde côtière à Halifax pour demander qu’un avion de rescousse vienne à leur aide.  Bonne chance! N’oubliez pas votre gilet de sauvetage. 

Cinq employés du Musée des beaux-arts du Canada ont perdu leurs emplois la semaine dernière. Ils étaient des experts en art à gros salaires qui préparaient des expositions. On sait ce que Harper pense des arts et des grands galas d’artistes.

Même la Banque du Canada n’a pas été épargnée. 

Bien que Harper défende aux employés renvoyés de parler aux médias de leurs départs, certains disent en cachette que 33 employés ont déjà été mis à la porte, et que quelque 80 autres apprendront les mauvaises nouvelles bientôt.

On s’attend que d’ici la fin de l’année les compressions budgétaires de Jim Flaherty fassent perdre en tout environ 4 000 emplois dans la fonction publique.

Le ministre Flaherty dit que ses mesures budgétaires représenteront une économie d’environ 4 milliards $ pour le gouvernement.

Harper a grand besoin d’argent.  Il a un déficit de 34 milliards $ et les dépenses s’empilent – 29 milliards $ pour 65 avions de chasse sur 20 ans, 33 milliards $ pour des bateaux de guerre sur 30 ans, 12 milliards $ pour des super-prisons d’ici cinq ans, 2 milliards $ pour les folies de la réunion des pays du G-8 et du G-20 l’année dernière.  Il y a aussi 5,6 milliards $ que Harper donnera aux banques et aux grandes pétrolières en baisse d’impôts cette année.

Durant la campagne électorale, le chef conservateur a répété à maintes reprises qu’il n’y aurait pas de mise à pied dans la fonction publique. Tout serait fait par attrition, c’est à dire, par départs naturels.

Il semble maintenant que Harper ait changé d’idée.

Pour emprunter un slogan :

 « Ce n’est qu’un début; continuons le dégât! »

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Michel Gagnon
    12 juin 2011 - 02:38

    Et dire qu'il nous reste 1421 jours (+ ou -) à subir ce gouvernement de cons-servateurs . Souhaitons-nous bonne chance.