Aston-Martin Virage

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'art d'étirer la sauce

Ian Callum est l’homme responsable de la nouvelle vision d’Aston Martin. Les coupés DB9 et DBS ont reçu le statut de classique dès leur arrivée sur le marché. La plus petite, la Vantage, s’est ensuite ajoutée à la famille suivie de la Rapide. Toutes ces voitures sont d’une beauté  hors norme, mais elles se ressemblent beaucoup. Voilà qu’Aston Martin ramène sur la route la Virage qui vient s’intercaler entre la DB9 et la DBS, elle aussi offerte en versions coupé et cabriolet. Elle ressemble en tous points à la DB9. Pourquoi alors introduire une autre voiture comme les autres ? Trop, c’est comme pas assez, ça commence à sentir le réchauffé.

Si vous regardez de près, vous remarquerez que la calandre en acier inoxydable de la Virage, ses prises d'air argentées et ses optiques bixénon lui sont exclusifs et orientent le style vers des lignes un brin plus agressives que celle de la DB9. Les magnifiques roues de 20 pouces, qui laissent paraître des freins en carbone-céramique, donnent la mesure des intentions de la voiture. Mais, pour le commun des mortels, toutes les Aston Martin des dix dernières années sont les mêmes.

Le chic anglais

Les grandes marques britanniques ont une autre vision du luxe. La Virage n’est pas seulement raffinée, elle est riche. La qualité des matériaux, le souci du travail exécuté à la main par des artisans dans les ateliers de fabrication transpirent partout dans l’habitacle. L’accent est placé aux sièges avant, les places arrière sont plus décoratives que pratiques. Même dans l’art du démarrage, Aston est unique. La clé qu’Aston Martin baptise pompeusement ECU (Emotional Control Unit) s’insère dans une fente aux allures de cristal mythique situé tout en haut du tableau de bord. On se croirait dans une caverne secrète d’un conte mythique. En enfonçant la clé tout en appuyant sur le frein, on réveille le V12 de 490 chevaux d’une remarquable docilité. La Virage est livrée avec une seule boîte de vitesses automatique à 6 rapports; et ne cherchez pas le sélecteur de vitesses, il n’y en a pas. En lieu et place, vous avez quatre boutons au tableau de bord. P, R, N et D ainsi que deux leviers de sélection au volant pour des changements de rapports manuels. La précision de la boîte à double embrayage n’est pas aussi incisive que les meilleures boîtes qu’on trouve chez Audi, mais, considérant la vocation plus relaxe de la Virage, c’est acceptable.

À la fois douce et féroce

C’est probablement sur la route qu’on constate le plus de différence entre la Virage et la DB9. Les 20 chevaux de plus lui confère un petit surplus d’énergie au décollage, et on la sent un brin plus athlétique. On pourrait la qualifier de DB9 de deuxième génération. Elle tire son savoir-faire de cette dernière, mais les ingénieurs ont resserré tous les boulons. La conduite est plus dynamique, la suspension offre la même excellente tenue de route, mais absorbe beaucoup mieux les inégalités de la route. Pour les amateurs de chiffres, le 0 à 100 km/h se règle en 4,6 secondes, et la vitesse maximale est de 300 km/h. Sur une base plus réaliste, lors de mon essai, j’ai roulé très agréablement à 120 km/h avec une mécanique qui tournait tout juste sous les 2 000 tours par minute. Il faut aussi la direction très précise qui vous donne l’impression de conduire un véhicule plus léger et plus petit. Un mot sur les freins indestructibles en carbone-céramique qui sont capables de relever tous vos défis et, même, ceux que vous n’oseriez tenter.

Conclusion

Au final, Aston Martin a produit un excellent véhicule avec la Virage. Je me pose toutefois deux questions ? Primo, pourquoi avoir laissé la DB9 sur la route, alors qu’elle se fait déclasser à tous les chapitres par la Virage ? Secundo, pourquoi avoir conçue une Virage qui a l’air exactement d’une DB9 ? Au prix demandé, un client a droit à l’exclusivité.

Forces

Qualité de finition irréprochable

Conduite d’exception

Direction très précise

Performances

Faiblesses

Lignes trop proches de celles de la DB9

Places arrière décorative

Pertinence sur le marché

Prix

Fiche Technique

•    MOTEUR

•    V12 5,9 l DACT, 490 ch à 6500 tr/min

    Couple 420 lb-pi à 5750 tr/min

    Transmission automatique à six rapports

    0-100 km/h   4,6s

    Vitesse maximale 299 km/h

•    Consommation (100km):. 14,2 l

•    AUTRES COMPOSANTES

    Sécurité active freins ABS, assistance au

    freinage, répartition électronique de force

    de freinage, antipatinage, contrôle de

    stabilité électronique

    Suspension avant/arrière indépendante

    Freins avant/arrière disques

    Direction à crémaillère, assistée

    Pneus P245/35R20 (av.), P295/30R20 (arr.)

•    DIMENSIONS

    Empattement 2740 mm

    Longueur 4703 mm

    Largeur 1875 mm

    Hauteur 1282 mm (coupé) 1289 (volante)

    Poids coupé man 1785 kg, volante. 1890 kg

    Diamètre de braquage 11,6 m

    Coffre 184 litres, volante 152 litres

    Réservoir de carburant 78 l

Prix :     coupé : 224 100$

        Volante : 244 350$

   

-30-

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2012. On peut également l’entendre à l’émission Dutrizac, l’après-midi tous les vendredis à 14 :05 sur les ondes du 98,5 fm à Montréal.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires