Moins de recrues de la GRC

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pour sauver de l'argent

La GRC coupe le nombre de recrues cette année.

Éventuellement ça voudra dire moins d’effectifs.

Et moins de policiers dans les rues.

Ce qui voudra dire moins d’enquêtes. Stephen Harper dit que ça nous épargnera de l’argent.

Son gouvernement est en déficit de 34 milliards de dollars cette année.

Il faut qu’il trouve les fonds quelque part. Une des façons, c’est en réduisant le nombre de policiers dans la GRC, et en faisant travailler plus ceux qui restent.

Les conservateurs de Stephen Harper sont arrivés au pouvoir en 2006 promettant d'augmenter de 2500 le nombre de policiers.

C’était populaire avec les militants de la ‘loi et l’ordre’ de Harper.

Initialement, les conservateurs ont versé de l'argent pour la formation des recrues et ont introduit une allocation pour cadets de la GRC.

Au printemps de 2009 Harper a commencé à parler de réductions dans le cadre d'un effort « pour s'adapter au climat économique. »

Ensuite il y a eu les milliards dépensés pour le G8 et le G20, le faux lac à Toronto, 2 millions $ pour un bateau qui ne flottait pas, 29 milliards $ pour les ‘jets à Harper’ et les milliards pour la fameuse guerre en Afghanistan.

Maintenant c’est la crise du budget qui prime.

Pas question d’épargner les rangs de la police fédérale et de plonger plus profondément en déficit.

En 2009, à la demande du premier ministre, la GRC a entrepris de limiter la «croissance» de ses employés à plein temps par l'attrition et les retraites.

À l’origine, 1344 cadets devaient entrer une formation policière en 2009. Malheureusement l'apport a été réduit à 992 cadets.

L'année suivante, en 2010-11, le nombre de cadets a été fixé à 768, mais en avril 2010, il a été ramené à 576.

Cette année, le nombre de cadets prévus pour la formation est seulement 288 nouvelles recrues. Qui sait ou ça finira.

Stephen Harper continue à dire qu’il nous faut plus de policiers pour combattre le crime. Mais lorsqu’il s’agit d’augmenter le nombre d’effectifs à la GRC, c’est autre chose.

Le nombre de recrues à la GRC a chuté de 84 pour cent depuis 2009. Il y en avait près de 1 800 cette année-là. Aujourd’hui il y en a moins de 300.

Déjà le manque de policiers se fait sentir. Dans certains détachements la GRC on a réduit les effectifs de 25 à 30 pour cent.

Les membres de la GRC disent que cela signifie que chaque policier devra « travailler plus d'heures, ouvrir plus de dossiers, et finir par courir un plus grand risque d'épuisement ».

Les cas les plus importants auront toujours une plus haute priorité, mais forcément ceux de moindre priorité seront moins travaillés.

Ça fait trois ans que le NPD exige que le gouvernement conservateur embauche plus de policiers et dépense moins d’argent sur des méga-prisons.

En politique, c’est toujours une question de choix.

Harper a fait le sien.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires