La voie de gauche sert aux dépassements.

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Après toutes ces années, on aurait pu croire que les conducteurs du Québec et du reste du Canada avaient appris. Malheureusement, chaque jour qui passe amène son lot d’ignorants au volant; des ignorants qui pensent que la voie de gauche leur appartient. Même si 50 voitures suivent et que les autres conducteurs vocifèrent à l’arrière, ces gens sont imperturbables.

Pourquoi je vous parle de cela aujourd’hui ? Simplement parce qu’une étude française a été conduite récemment et dont j’ai pu observer la véracité dimanche dernier. Allons-y par étape. D’abord, dans le cadre de cette étude, des mathématiciens et des physiciens français se sont penchés sur les causes des embouteillages. Il y a les heures de pointe ou les accidents qui sont des causes évidentes de ralenti. Mais ce qu’il est intéressant de noter dans cette étude, ce sont les ralentissements qui ne sont attribuables à personne en particulier ou, encore, à une personne en particulier. Parfois, vous roulez et, tout à coup, tout s’arrête, sans raison apparente et repart quelques minutes plus tard. Pas d'accident, pas de travaux, pas de péage… Alors quoi ? Les scientifiques ont découvert que ce type de bouchons était dû à un seul et unique conducteur ! Le genre d’andouille qui roule à gauche comme si la route lui appartenait. On n’a pas assez d’avoir la moitié de la province en chantier, il faut en plus se taper ceux qui croient que la voie de gauche leur appartient. Et voilà qu’une étude démontre que ces mêmes conducteurs seraient responsables d’embouteillages.

En revenant de l’Estrie, la semaine dernière, une dizaine de kilomètres avant le pont Champlain, la circulation a ralenti et s’est presque arrêtée. Je me dis que les travaux sur le pont ne sont pas terminés et j’envisage déjà un trajet alternatif; tout à coup, tout repart. En y regardant de plus près, je vois au loin deux voitures, une à gauche et une à droite, qui roulent à la même vitesse côté à côte sur l’autoroute. Je ne reproche rien au véhicule dans la voie de droite, mais comment un conducteur peut-il être inconscient au point de ne pas réaliser qu’il  retarde tout le monde. J’entendais les automobilistes klaxonner des centaines de mètres plus loin, et le conducteur fautif restait impassible. Un policier me racontait que bien des conducteurs sont absorbés par la musique, le téléphone cellulaire et n’ont aucune connaissance de ce qui se passe autour d’eux. Ce même policier me racontait que, plusieurs fois par année, il arrive sur l’autoroute tous gyrophares allumés, la sirène en marche derrière une voiture qui ne bouge pas. Ce n’est pas une blague, il a même dû attendre près de 30 secondes l’an dernier derrière un homme qui ne l’a jamais vu.

Un peu d’attention S.V.P

La conduite de base demande qu’on regarde dans ses rétroviseurs aux 15 secondes, ne serait-ce qu’un coup d’œil. De cette manière, immanquablement, vous verrez les véhicules derrière vous. Chaque jour, je dois patienter derrière des sangsues de la route qui collent à gauche. Je soupçonne un certain nombre de ces personnes de volontairement prendre leur revanche sur les automobilistes pour la vie plate qu’ils mènent. Le ministère des Transports du Québec devraient ajouter sur ces affiches que la voie de gauche n’est réservée qu’aux dépassements et que, une fois le dépassement complété, l’automobiliste doit retourner à droite. J’irais même plus loin, les forces policières devraient donner une contravention à tous ces mauvais conducteurs qui retardent la circulation. En déboursant une amende salée de leur poche, ils apprendront peut-être à se pousser la prochaine fois.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires