Première victoire pour "La Davie"

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une première étape essentielle

C’est la meilleure nouvelle possible pour Lévis, et pour toute la région de l’ancienne capitale cette semaine.

Grace à un gros paquet d’argent des gouvernements du Québec et de l’Ontario, les chantiers Davie de Lévis sont dans la course officiellement pour obtenir une part des 33 milliards de dollars en contrats de construction navale du gouvernement fédéral.

Davie sera en compétition contre deux autres gros chantiers, un dans les Maritimes et l’autre sur la côte du Pacifique.

C’est bien officiel. Les fonctionnaires fédéraux l’ont annoncé mercredi après des mois de tournage en rond et les déclarations du gouvernement Harper que seulement deux chantiers se diviseront la tarte.

Bravo pour Lévis !  L'offre présentée par la nouvelle firme, Davie Canada, est maintenant admissible à être considéré.

Ses concurrents seront Irving Shipbuilding d'Halifax et Seaspan Marine Corp, de la Colombie-Britannique, propriétaire des chantiers navals  Vancouver Drydock et Victoria Shipyard.

Upper Lakes Shipbuilding, une firme de l'Ontario qui a acheté les actifs de Davie s’est joint au consortium formé avec la grande compagnie industrielle Daewoo de la Corée du Sud et SNC-Lavalin de Montréal  pour former ‘Davie Canada.’

Peu importe la ‘fédéralisité’ du nom, ce sont les jobbes qui comptent.

Selon les intentions du gouvernement Harper  il y aura seulement deux gagnants.

 

 Un des chantiers navals sera choisi pour construire 25 milliards $ en navires de combat sur les prochains 20 ans.

Un deuxième chantier aura 8 milliards $ de contrats pour construire des navires de non-combat, telle que des traversiers, des brise-glaces, et des petits bateaux pour la garde-côtière.

Le troisième chantier serait déclaré perdant et écarté de la table. Mais en réalité, rien n’empêcherait le troisième chantier d’aller chercher de très alléchants sous-contrats des deux chantiers gagnants.

Stephen Harper dépense une fortune sur des navires de guerre parce que ça fait partie de son intention de militariser le Canada jusqu’aux dents.

Harper a déjà annoncé l’année dernière son intention d’acheter 65 d’avions de combats américaines F-35 de Lockheed-Martin. Les coûts pourraient atteindre les 29 milliards de dollars.

Les F-35s seront la base de sa force d’attaque dans l’air et les navires de guerre fourniront un rôle d’appui sur la mer.

Le gouvernement Harper est présentement 32,4 milliards $ en déficit cette année mais Harper espère toujours trouver 4 milliards $ pour réduire le déficit un peu en coupant des services gouvernementaux et en mettant à pied un nombre de fonctionnaires.

L’important pour ‘la Davie,’ un chantier presque aussi vieux que le Canada lui-même, c’était de se voir classé apte à soumissionner, exactement ce qui est arrivé cette semaine.

Pour les travailleurs en construction navale de Lévis, qui sont sans emplois, ce n’est pas encore le temps d’ouvrir le champagne, mais une petite bière serait de mise aujourd’hui.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires