Turmel évite le piège des conservateurs

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il faut toujours se méfier en politique

Nos adversaires sont toujours prêts à nous faire trébucher.

La moindre gaffe ou erreur peut nous coûter notre carrière politique.

 

Le chef intérimaire du NPD, Nycole Turmel, a reçu sa première patate chaude politique dans les mains jeudi midi à quelques minutes seulement après avoir été nommé remplaçante temporaire de Jack Layton.

Les conservateurs de Stephen Harper ont fait circuler une histoire qu'avant de se joindre au NPD en 2007, Thomas Mulcair avait offert  ses  services au Parti conservateur comme député ou même comme ministre.

Un leader moins talentueux que la Turmel, aurait tout de suite démentie une telle histoire comme étant farfelue et catégoriquement fausse,  sans faire la moindre enquête.

Pas Turmel.

Elle avait fait ses recherches, et elle savait que l'histoire était vraie -- qu'après qu’il a quitté le cabinet des ministres de Jean Charest, pour une affaire de privatisation d’une partie du Parc du Mont Orford, Mulcair avait offert ses services aux conservateurs de Stephen Harper. Ou du moins il avait négocié avec eux.

Turmel a répondu sans équivoque:

"Il a été contacté par un certain nombre de personnes, un certain nombre de partis politiques, et il a choisi de venir travailler avec nous."

Une façon habile d’en dire assez, mais pas trop.

« Pro » de la politique qu’elle est, avec 20 ans d’expérience, Turmel a poursuivie: « Il a choisi le NPD, et je suis fier de cela. Il était un excellent candidat et il est devenu un excellent député. »

Elle n'en a pas dit trop. Elle n'a pas dit si Mulcair avait fait du "shopping" politique auprès de Harper, ou si Harper lui avait offert un poste de ministre. Pas besoin d'ajouter à l'histoire. Pour Turmel, ça suffisait, point à la ligne.

En politique, il faut savoir quand se la femer.

Quant à Mulcair, il s'est fait rare jeudi après-midi, pendant que l'histoire des conservateurs a continué à faire le tour des sites Twitter. Une décision judicieuse de sa part.

La tentative du Parti conservateur était excellente. Une Turmel moins habile aurait pu se casser la gueule. Pas du tout la meilleure façon de commencer sa première journée.

Heureusement pour elle et pour Jack Layton dans son lit d'hôpital, Turmel savait exactement quoi faire, et quoi dire. Elle était au courant du dossier et a répondu sans difficulté.

La bureau de presse du NPD a eu le dernier mot plus tard dans un courriel: "Nous ne pouvons pas savoir ce que les conservateurs  lui ont offert, mais nous savons ce que M. Mulcair a fait: il a refusé leur offre et s'est joint au NPD."

Pour les conservateurs, ça valait la peine de s’essayer. Ils n’ont rien perdu.

Pour Turmel, c’était le premier défi de son leadership, et sa première victoire. Pas trop pire pour une première journée.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires