Les Américains commencent à changer leur fusil d’épaule

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Dans un récent sondage sur les habitudes d’achat des consommateurs américains, l’Étude affirme que pour la première fois les ventes de moteurs 4 cylindres arrivent au premier des achats automobiles en territoire américain. Le V8 perd donc du terrain aux États-Unis. 43 % des voitures neuves vendues aux États-Unis depuis janvier 2011 disposent d'un quatre-cylindres. Ce type de moteur devient le plus vendu, en lieu et place du six-cylindres, qui ne s'octroie désormais plus que 37 % des parts. Les V8 équipent 18 % des nouvelles voitures.

La tendance s'explique par la diminution de cylindrée qui est devenue une pratique courante chez tous les constructeurs qui fabriquent des nouveaux modèles. Les constructeurs diminuent les cylindrées et/ou le nombre de cylindres pour diminuer la consommation. Si l’on exclut le marché des flottes (friand de camions et fourgons), la proportion de quatre-cylindres est encore plus importante.

Et GM en ajoute une couche

L’offre est meilleur des constructeurs, mais le prix relativement élevé du carburant (même pour les américains) joue aussi un rôle important dans ce surplus de popularité des petites cylindrées. Conscient de ce très fragile équilibre, le géant américain General Motors sait très bien que si le prix de l’essence chutait, ce serait la fin des 4 cylindres. GM s’est donc montré publiquement favorable à une augmentation des prix du carburant. Elle estime qu'elle bénéficierait de prix de l'essence plus élevés, au lieu d'être pénalisés.

En entrevue avec le quotidien Detroit News, M. Akerson a affirmé que les Américains auraient une excellente raison d'acheter de petites voitures, plus efficace en consommation de carburant, si les prix montaient. Il a laissé entendre qu'une augmentation de 1 $ le gallon (3,78 litres) serait raisonnable. Il est clair que les raisons invoquées par M. Ackerson ne reflètent en rien sa véritable pensée. Il souhaite seulement que l’essence soit assez dispendieuse pour que les normes d’émissions polluantes sévères qui exigent des plus petites mécaniques des constructeurs puissent être viables. Les constructeurs mettent en ce moment presque tous leurs œufs dans le même panier. Avec un prix élevé, les gens vont continuer de faire l’achat de petites voitures plus économiques que sont maintenant obligés de construire les GM, Ford et Chrysler de ce monde. GM a toutefois reconnu que le Congrès américain hésiterait à vendre une taxe plus élevée à la population. À l'heure actuelle, la taxe fédérale américaine sur l'essence est circonscrite à 18,4 cents le gallon.

Faire porter le fardeau aux constructeurs

Le président Obama n’augmentera peut-être pas la taxe sur le carburant, mais vise à utiliser une arme tout aussi puissante pour convaincre les gens d’acheter encore plus petit. En ce moment, les normes de consommation pour 2016 vise une moyenne générale pour chaque constructeur automobile de 6,5 litres aux 100 km ou 38,5 milles au gallon américain. Le président Obama tente en ce moment de convaincre les représentants de la maison blanche de faire ses normes à 54,5 milles au gallon en 2025 ou si vous préférez une moyenne générale de 4,2 litres aux 100 km. Mê,e les voitures hybrides n’arrivent même pas à ces chiffres en ce moment. Si le projet est accepté, cela veut dire que très bientôt les constructeurs devront se pencher sérieusement sur ce problème.

Une flotte complètement transformée

Cela veut aussi dire que les fabricants devront prendre les bouchées doubles d’ici cinq à sept et amener des technologies très évoluées sur la route. La chose est possible, mais selon bien des analystes, il faut s’attendre à payer beaucoup plus pour une voiture en raison de la haute technologie qui va maintenant être le propre de toutes les voitures, même les plus petites et économiques. Il sera curieux de voir comment le puissant lobby de l’automobile va tenter de repousser les échéanciers de plusieurs années pour donner le temps à l’industrie de faire les transformations nécessaires. Il est clair que les constructeurs peuvent rencontrer les normes , même les plus sévères  dans les délais proposés. La question qu’il faut vraiment se poser c’est, Combien cela va nous coûter en tant que consommateurs ?

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires