Harper voit-il venir une récession?

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Turmel sonne l'alarme

Les députés NPD ont décidé à leur caucus à Québec ce matin qu’ils feront de l’économie et l’emploi leurs principaux sujets de débats au parlement cet automne.

D’habitude la santé est le sujet prioritaire du NPD.

C’est pourquoi que lorsque le leader intérimaire du NPD, Nycole Turmel, a mis l’économie et l’emploi en première place ce matin, c’est venu comme une surprise pour ceux qui suivent la politique fédérale.

Elle a ajouté  « Harper ne reconnait pas ce que les Canadiens peuvent voir clairement -- que c’est l’économie ! »

Turmel a déclaré que les perspectives « roses » du premier ministre sur l’économie ne sont pas justifiées, pas quand le chômage est en hausse et les marchés boursiers sont en train de plonger de nouveau.

«Tout comme en 2008, M. Harper semble croire qu'il peut tout simplement parler pour nous sortir de la récession, » a-t-elle-dite.

Turmel faisait référence au discours des chefs durant la campagne électorale de 2008 lorsque Harper parlait comme si les taxes et le déficit étaient les plus gros problèmes au Canada.

Ce soir-là, c’était Elizabeth May et Gilles Duceppe qui avaient ramené Harper à la réalité – qu’une grosse récession allait bientôt frapper le Canada, et que c’était le temps de penser à un plan de relance économique plutôt que de continuer à parler de réduire les taxes.

C’était à la suite de ce défi venu de ses deux adversaires, que Harper a commencé à parler de relance économique et nous avons réussi à éviter le pire de la récession.

Turmel nous voit aujourd’hui dans la même situation qu’en 2008.

Ça fait des mois que le ministre des finances, Jim Flaherty ne parle que de réduire les taxes et de baisser le déficit.   C’est comme s’il ne voyait pas venir une autre récession.

Est-il possible que Flaherty aurait entendu Turmel ce matin, et que dans les semaines à venir, avec la menace d’une deuxième récession qui approche, Flaherty commence à parler d’un « stimulus » et de relance économique plutôt que continuer à parler que de réduire les taxes des riches ?

Si cela arrive, Mme Turmel aura accompli d’un seul coup ce matin ce que Duceppe et May avait accompli ensemble en 2008, et que le Canada en sera mieux servi.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires