Hyundai Veloster

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'audace à la Coréenne

Ça ne chôme pas dans les bureaux de Hyundai. Le constructeur ne se contente plus de gruger des parts de marchés à des rivaux comme Honda et Toyota, il plante, un à un, des clous dans leur cercueil en leur donnant une leçon de mise en marché.

La dernière création du constructeur sud-coréen, la Veloster, propose, en matière de style, exactement ce qu’on souhaiterait voir du côté de Toyota et de Honda : de l’audace.

Fruit de l’imagination

La Veloster est unique, tellement qu’on se creuse les méninges pour lui trouver de véritables rivales. Hyundai identifie sa concurrence directe comme étant la Honda CR Z et, dans une moindre mesure, la Scion tC.

« Les créateurs de la Veloster ont eu carte blanche », confie Steve Kelleher, président de Hyundai Canada. « On leur a dit de nous montrer ce qu’ils pouvaient faire. La Veloster est, de loin, l’application la plus agressive de notre philosophie de design Fluidic Sculpture. »

Hyundai a présenté la Veloster une première fois en 2007au Salon de l’automobile de Séoul. La réaction du public avait été telle que le constructeur s’est aussitôt mis au travail; il savait qu’il avait un produit commercialisable entre les mains.

L’audace

Cinq ans plus tard, Hyundai présente enfin sa Veloster.

Fruit de la fusion entre une voiture à hayon et un coupé, la Veloster détonne. Son design n’a rien de traditionnel. Les courbes anguleuses se marient à des angles qui semblent avoir été créés avec une lame de couteau. L’intégration au design des phares et des feux, pour un, est totalement différente.

D’un côté de la voiture, on retrouve deux portières. De l’autre, une seule. C’est discret et c’est très bien fait. Est-ce que ça ajoute à la fonctionnalité du véhicule ? Absolument pas. Est-ce que ça permet à la Veloster de se démarquer de la concurrence ? Tout à fait.

Chez Hyundai, on s’en frotte les mains

À tous ceux qui répètent « ad nauseam » que tous les véhicules se ressemblent aujourd’hui, Hyundai leur répond avec la Veloster.

Séduire la clientèle

Pour séduire la clientèle jeune et branchée que vise Hyundai, la Veloster reçoit toutes les commodités possibles. L’équipement de série du modèle de base, offert à 18 999 $, n’est rien de moins qu’impressionnant. Il comprend, entre autres choses, la présence d’un écran tactile, des prises auxiliaires à souhait, des commandes audio au volant, la connectivité Bluetooth, la climatisation, le démarrage sans clef, les sièges chauffants, une colonne de direction réglable de façon télescopique ainsi qu’une caméra de vision arrière qui se révèle très utile puisque la visibilité vers l’arrière est très ordinaire.

Pour l’acheteur qui en désire plus, Hyundai propose l’ensemble Tech qui, pour 3 500 $ de plus, ajoute à l’équipement déjà cité de magnifiques roues de 18 pouces, un toit panoramique, une chaîne audio de meilleure qualité et un système de navigation intégré.

Et le tout s’intègre à merveille dans un design intérieur à l’image de celui qu’on retrouve à l’extérieur. C’est audacieux et c’est fait avec goût. À titre d’exemple, pour le design de la console centrale, on s’est inspiré des lignes d’une motocyclette. Vraiment, l’environnement à bord de la Veloster n’a rien de morose.

Mécanique

Hyundai croit séduire l’acheteur courtisé en lui proposant une faible consommation de carburant aux dépens de la performance. Là, on achète moins. La Veloster propose des lignes très agressives qui laissent croire à un tempérament sportif. Les jeunes ne seraient pas intéressés par la performance ? Soyons sérieux !

D’ailleurs, une version turbo serait dans les plans pour 2013.

Pour l’instant, la Veloster est équipée du même moteur qui anime l’Accent, soit un 4 cylindres de 1,6 litre d’une puissance de 138 chevaux. Si, dans 80 % de nos déplacements, on n’en fait pas de cas, le manque de puissance est criant en d’autres occasions. Les entrées sur l’autoroute demandent un savant calcul, les dépassements ne peuvent se faire n’importe où, et, pour gravir une pente, il est nécessaire de rétrograder d’au moins deux rapports pour obtenir quelque rendement que ce soit. Considérez-vous comme averti.

Parlant de rétrograder, Hyundai nous propose deux façons de le faire. D’abord, au volant d’une version équipée d’une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, mais aussi aux commandes d’un modèle muni d’une toute nouvelle boîte automatique à double embrayage de Hyundai. Le travail de cette dernière, aussi dotée de 6 rapports, est franchement bien.

Comportement

Dès qu’on enfile les premiers kilomètres au volant de la Veloster, on comprend que Hyundai est en voie de gagner son pari. Le comportement routier de la voiture est sain et devrait plaire à l’acheteur visé. Le degré de confort est bon, la position de conduite est excellente, et on est rassuré par une direction qui répond plutôt bien à nos doléances, même si la précision reste à améliorer.

Sur revêtement bosselé, la suspension montre ses limites, toutefois. Dans l’ensemble, cependant, la Veloster passe le test.

Conclusion

On s’amuse actuellement du côté de la firme sud-coréenne. Ça se sent. On surfe sur une vague qui prend des allures de tsunami pour la concurrence. Avec la Veloster, Hyundai vise à séduire une clientèle à la recherche de quelque chose de différent. Nul doute, la Veloster est différente en tout point.

Toutefois, en présence d’une telle différence, les consommateurs sont parfois difficiles à suivre.

La Veloster connaîtra-t-elle du succès ? Les paris sont ouverts.

Forces

Une ligne unique

Une liste d’équipement exhaustive

Une conduite amusante

La 3e porte

Faiblesses

Suspension un peu simpliste

Les performances ne sont pas à la hauteur de la ligne

Fiche Technique

•    MOTEUR

•    L4 1,6 l DACT, 138 ch à 6300 tr/min

    Couple 123 lb-pi à 4850 tr/min

    Transmission manuelle à 6 rapports,

    manuelle robotisée à 6 rapports (en option)

    0-100 km/h nd

  Vitesse maximale nd

Consommation : 7,5 Litres aux 100 km

•    AUTRES COMPOSANTES

    Sécurité active freins ABS, assistance au freinage, répartition

    électronique de force de freinage, antipatinage, contrôle de stabilité électronique

    Suspension avant/arrière indépendante/

    semi-indépendante

    Freins avant/arrière disques

    Direction à crémaillère, assistée

    Pneus P215/45R17 option P215/40R18

•    DIMENSIONS

    Empattement 2649 mm

    Longueur hayon 4219 mm

    Largeur 1791 mm

    Hauteur 1400 mm

    Poids man. 1172 kg  robo.1205 kg

    Diamètre de braquage 10,4 m

    Coffre 439 l

    Réservoir de carburant 50 l

Prix :    18 999 $ à 22 499 $

-30-

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2012. On peut également l’entendre à l’émission Dutrizac, l’après-midi tous les vendredis à 14 :05 sur les ondes du 98,5 fm à Montréal.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires