Mercedes Benz Classe C

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Du rêve accessible aux envolées lyriques

Gross Pointe, Maine – C’est St-Exupéry qui disait sans son livre « Le petit prince » qu’on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible aux yeux. C’est l’approche qu’il faut prendre avec la nouvelle Mercedes-Benz Classe C 2012. La version coupé est toute nouvelle, mais la berline ressemble beaucoup à sa devancière, c’est ce qu’on ne voit pas qui a changé.

L’élégance à bon prix

Vous n’aurez pas de difficulté à reconnaître une Classe C sur la route. Mercedes-Benz a pris la voiture et a resserrer les boulons avec un avant et un arrière un peu plus sculpté. La version coupé offre une pointe de sport supplémentaire dans son approche visuelle sans perdre l’élégance, signe distinctif de la maison. Pour les amateurs de frissons, la C63 AMG, plus expressive, est sans doute la dernière Mercedes-Benz qui sera offerte avec le fabuleux moteur V8 qui est porté à 457 chevaux. Et je pèse bien mes mots quand je vous dis que cette voiture est une véritable aubaine à 65 000 $, c’est de l’exotisme à petit prix, nous y reviendrons.

Des moteurs pour toutes les bourses

Nous l’avons souligné plus haut, vous avez le choix cette année d’une berline et d’un coupé. La version à 4 portes arrive avec un choix de quatre moteurs. Ils sont tous estampillés BlueEfficiency et disposent presque tous du système d’arrêt-démarrage Eco auquel on doit une bonne part des économies de carburant qui atteignent, dans certains cas, les 30 %. Sa discrétion et son silence de fonctionnement sont toujours au haut de la liste des priorités. Contrairement à l’Europe, qui reçoit pas moins de quatre moteurs Diesel, chez nous toutes les mécaniques sont à essence. L’offre débute avec un moteur à 4 cylindres de 1,8 litre turbo de 201 chevaux. Vient ensuite un V6 de 3 litres de 228 chevaux, un V6 de 3,5 litres de 306 chevaux et le moteur AMG V8 de 6,2 litres de 457 chevaux. Tous les moteurs sont livrés avec une boîte de vitesses automatique à 7 rapports. La version coupé n’a pas droit au moteur de 3 litres ni aux versions 4Matic 250, 300 et 350 de la berline.

Un intérieur plus sportif pour le coupé

La berline conserve l’approche corporative des autres berlines de la marque. La finition Elegance, avec son volant rond à quatre branches, et son intérieur mélangeant le beige, le gris et le bois s'adresse à une clientèle moins jeune et plus conservatrice comme en témoigne l'étoile plantée sur le capot, absente sur l'Avantgarde. Sur les versions coupé, la planche de bord et la console sont reprises de la berline. Il faut noter que l'ambiance est devenue plus sportive avec l'adoption de sièges intégraux. Une vaste amplitude des réglages garantit une bonne position de conduite. Se frayer un chemin jusqu'aux deux places arrière exigera en revanche de la souplesse. Les gens de grand taille seront à l’étroit. Comme toujours chez Mercedes-Benz, l'amélioration du quotidien passe par un catalogue des options aussi épais que le bottin des pages jaunes, tant par l'ampleur des ¬références proposées que des tarifs en vigueur, en général aristocratiques. L'addition grimpe très vite si l'on succombe à la tentation du suréquipement.

Un grand confort peu importe la version

Le système procure un confort de roulement de qualité, peu importe l’état de la chaussée. Il est vrai qu’une randonnée dans une version AMG avec ses roues de 18 ou de 19 pouces relève beaucoup plus de la conduite sportive, mais n’est pas inconfortable. Si le passage des rapports de la boîte 7G-TRONIC se fait en douceur, on observe systématiquement un temps de réponse notable qui empêche de monter ou de descendre deux rapports à la suite rapidement, un peu agaçant quand on veut pousser la machine. Si les 201 chevaux de la version 250 suffisent amplement à la tâche, le V6 de 3,5 litres constitue un beau compromis, mais rien n’approche le grand frisson de la version AMG. En appuyant sur le bouton de mise en marche, on sent un picotement dans la colonne vertébrale. Sous la main droite, une petite molette permet de sélectionner les divers programmes de conduite. Oublions tout de suite le « C » (Controlled Efficiency), destiné à optimiser la consommation. On n’est pas là pour ça ! Restent « S » (Sport), « S+ » (encore un peu plus sport) et « M » (manuel). Une fonction « Race Start » pour démarrer en trombe est également offerte. Vous pouvez même moduler l’assistance électronique en mode « normal », « sport » ou « Off ». Le mode Sport est une bonne alternative. Il permet un survirage et n’intervient que si l’on va vraiment trop loin. Sécurisant et amusant à la fois. Quant à la boîte, elle est tout simplement parfaite, pour autant qu’on ait, là aussi, sélectionné le mode Sport. Elle rétrograde intelligemment dès la moindre sollicitation des freins, et les rapports passent en 100 millisecondes. À la rétrogradation, la fonction double débrayage est active. On se prend rapidement pour un vrai pilote. Ce n’est ni très écolo, ni très économique. Même si Mercedes-Benz annonce 12 litres aux 100 kilomètres avec la C63 AMG, notre moyenne de l’après-midi était plus proche des 17 litres, mais nous ne l’avons pas ménagée.

Conclusion

Peu importe le modèle que vous choisirez, la Classe C fait maintenant partie intégrante de la famille Mercedes-Benz. Vous n’aurez plus l’impression de faire un sacrifice parce que la voiture est offerte à meilleur prix. ET si vous avez les poches assez profondes, il faut sauter sur la version AMG, un véritable bijou.

Forces

Discrétion et élégance naturelles

Compromis confort/tenue de route

Rapport agrément/consommation

Volume du coffre préservé

Sonorité du moteur et performances (C63 AMG)

Faiblesses

Accès aux places arrière (coupé)

Garde au toit (avec toit ouvrant),

Options coûteuses

Fiches Techniques

•    MOTEURS

•    (C250)

    L4 turbo 1,8 L DACT, 201 ch à 5500 tr/min

    Couple 228 lb-pi de 2000 à 4300 tr/min

    Boîte de vitesses automatique à 7 rapports avec mode manuel

    0-100 km/h 7,2 s  4RM 8,6 s

    Vitesse maximale 210 km/h (bridée)

  Consommation (100 km) 6,4 L

•    (C300)

    V6 3,0 l DACT, 228 ch à 6000 tr/min

    Couple 221 lb-pi de 2500 à 5000 tr/min

    Boîte de vitesses automatique à 7 rapports avec mode manuel

    0-100 km/h 7,2 s

    Vitesse maximale 210 km/h (bridée)

    Consommation (100 km) 9,9 L (octane 91)

   

•    (C350)

    V6 3,5 l DACT, 302 ch à 6000 tr/min

    Couple 273 lb-pi de 3500 à 5250 tr/min

    Boîte de vitesses automatique à 7 rapports avec

    mode manuel

    0-100 km/h 6,0 s

    Vitesse maximale 210 km/h (bridée)

    Consommation (100 km) 7,8 L

 

•    (C63 AMG)

    V8 6,2 l DACT, 451 ch à 6800 tr/min

    Couple 443 lb-pi à 5000 tr/min

    Boîte de vitesses automatique à 7 rapports avec

    mode manuel

    0-100 km/h 4,5 s

    Vitesse maximale 250 km/h (bridée)

    Consommation (100 km) 13,6 l

•    AUTRES COMPOSANTS

    Sécurité active freins ABS, assistance

    au freinage, répartition électronique de la force de freinage, contrôle de la stabilité

    électronique, antipatinage

    Suspension avant/arrière indépendante

    Freins avant/arrière disques

    Direction à crémaillère, assistée

    Pneus C250 P205/55R16 option C250/ de série C250 coupé et C300 P225/45R17 (av.)

    P245/40R17 (arr.) C350 225/40R18 (av.)

    255/35R18 (ar.) C63 P235/40R18 (av.) P255/35/R18 (arr.) option C63 P235/35R19 (av.) P255/30R19 (arr.)

•    DIMENSIONS

    Empattement 2760 mm

    Longueur berline 4591 mm coupé 4590 mm berline et coupé C63 4625 mm

    Largeur (excluant les rétroviseurs) 1770 mm

    Hauteur berline: C250 1444 mm C300 1445 mm C350 1448 mm  C63 1433 mm coupé 1406 mm

    Poids berline: C250 1505 kg C250 4M 1690 kg

    C300 4M 1695 kg C350 1610 kg  C350 4M 1670 kg  C63 1730 kg coupé: C250 1550 kg C350 1615 kg C63 1730 kg

    Diamètre de braquage nd

    Coffre berline 475 L  coupé 450 L

    Réservoir de carburant 66 L

Prix : 

Coupé

250 : 39 900$

350 : 49 200$

C 63 : 66 900$

Berline

C250 : 36 700$

250 4 Matic : 39 990$

300 4 Matic : 45 200$

350 : 49 000$

350 4 Matic : 50 800$

C63 : 65 000$

-30-

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2012. On peut également l’entendre à l’émission Dutrizac, l’après-midi tous les vendredis à 14 :05 sur les ondes du 98,5 fm à Montréal.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires