Mazda CX-5

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'avenir d'Hiroshima

Hollywood, Californie – Mazda est le plus gros employeur de la ville d’Hiroshima, au Japon, et mise gros sur le succès du futur CX 5 pour assurer son avenir.

Mazda n’a pas lésiné sur les moyens pour faire connaître son CX 5. L’an dernier, alors qu’il était encore camouflé, des journalistes avaient été invités à Vancouver pour en faire l’essai et en parler. Même stratagème il y a deux mois à peine en Islande, toujours sous le camouflage. Et la semaine dernière, tout de suite après la première mondiale au Salon de l’auto de Los Angeles, une autre invitation à Hollywood pour faire l’essai d’un modèle de préproduction. Il semble que Mazda souhaite ardemment faire parler d’elle et pour cause. Au cours de l’année qui vient, la concurrence sera très forte dans le segment des petits utilitaires. En effet, Ford présentait au Salon de l’auto de Los Angeles le tout nouvel Escape qui n’a plus rien en commun avec le modèle de Mazda; de même, Honda présentait sa nouveau CR V. Il faut ajouter que Toyota prépare un nouveau RAV4 pour l’an prochain. En ajoutant à cela un Kia Sportage presque neuf et un Hyundai Tucson récent, vous avez là tous les ingrédients pour une chaude lutte en perspective.

Une première application intégrale du principe SKYACTIV

Le CX 5 qui arrivera en février sur le marché à titre de modèle 2013 est le premier véhicule Mazda à intégrer la philosophie SKYACTIV. Les applications moteur de cette approche ont vu le jour dans le renouveau de la Mazda3, mais le CX-5 a profité de toute la palette d’innovations. SKYACTIV, ce sont des moteurs, des boîtes de vitesses et des châssis innovants développés par Mazda, qui tirent le meilleur parti de la technologie connue. Cela n’a rien de révolutionnaire, mais le tout fonctionne assez bien.

Une nouvelle approche de style

Le CX 5 est également le premier véhicule Mazda à exploiter le style Kodo : la philosophie de l’âme en mouvement. Des formes générales plus sportives, des courbes plus nettes et le sourire béant qui est remplacé par une calandre verticale en cinq points beaucoup plus jolie. Il faut aussi souligner l’utilisation optimale de matériaux plus légers comme l’acier à très haute résistance qui a permis d’économiser près de 100 kilos par rapport à la majorité des modèles concurrents.

Un habitacle bien pensé

Même si notre modèle d’essai n’était pas complètement terminé ¬– moyeu de direction en mauvais plastique et quelques revêtements à déterminer –, l’allure générale est bonne. Les plastiques sont doux au toucher, les sièges offrent un appui et un soutien de qualité, et vous avez deux couleurs – noir et sable – offertes avec le garnissage en tissu ou en cuir. À l’arrière, les sièges se divisent en sections 40/20/40 rabattables presque à plat pour les versions GS et GT, et 60/40 pour la version GX. Le siège du conducteur est même offert avec des réglages électriques en 6 directions sur les modèles GS (réglage manuel en 6 directions sur les modèles GX), alors que les modèles GT proposent un siège à réglage électrique en 8 directions comprenant le soutien lombaire à réglage électrique. Figurant dans la liste des options, on retrouve : un écran tactile de 5,8 pouces ainsi que la connectivité BluetoothMD et une connexion pour iPod, un système de navigation TomTom et une chaîne audio Bose avec radio satellite Sirius. Les connexions d’entrée AUX et USB sont de série.

Petit moteur, grandes ambitions

Mazda conserve la mécanique à 4 cylindres de 2 litres, mais la dote de l’injection directe de carburant et d’un taux de compression inédit de 13 : 1. Ce haut taux de compression permet d’augmenter légèrement la puissance, qui passe de 148 à 155 chevaux, mais surtout le couple, qui passe de 135 à 150 livres-pieds. Tout cela en réduisant la consommation de carburant et en utilisant de l’essence ordinaire. Comprises dans le programme SKYACTIV, les boîtes de vitesses manuelle et automatique à 6 rapports du CX 5 font également partie de ses points forts. La boîte manuelle (offerte uniquement sur le modèle à traction) se distingue par la précision et la netteté des changements de rapports, tandis que l'accent a été mis sur la réduction du temps de glissement du convertisseur de la boîte automatique, ce qui permet d'améliorer l'agrément de conduite tout en réduisant la consommation. Vous aurez aussi le choix d’un CX 5 à traction ou à transmission intégrale. Mazda a aussi mentionné que près de 1 500 ingénieurs travaillent au développement d’un moteur Diesel de 2,3 litres qui devrait générer 170 chevaux et produire un couple de près de 300 livres-pieds. Il arrivera l’an prochain, mais Mazda n’a pas voulu confirmer qu’il prendra place sous le capot du CX 5. Nous avons réussi à franchir le 0 à 100 km/h en 8 secondes et à terminer notre journée d’essai avec une moyenne de 7,6 litres aux 100 kilomètres.

Sur la route

Mazda a su conserver l’ADN de la marque. Le CX 5 est amusant à conduire et offre une direction précise et juste assez nerveuse. Le seul bémol au chapitre de la mécanique arrive au moment de faire un dépassement ou de prendre une bretelle d’autoroute. À bas régime, on sent que le moteur manque d’élan, et le niveau de bruit est élevé. Une fois la vitesse de croisière atteinte, tout est au beau fixe. La tenue de route est précise, et l’insonorisation, à la hauteur. Dans une catégorie de véhicules qui n’est pas reconnue pour sa conduite passionnante, le CX 5 se classe en tête du peloton.

Conclusion

Le CX 5 offre tous les bons ingrédients pour livrer une chaude lutte aux meilleurs utilitaires de sa catégorie. Il reste à se demander ce qui arrivera au CX 7 qui devient tout à coup un peu dépassé, surtout que le CX 5 offre autant d’espace et une technologie plus moderne. Le dernier-né de Mazda sera offert au printemps prochain. Les prix seront annoncés à ce moment. Si Mazda veut être concurrentielle, il faudra qu’elle place la fourchette de prix entre 26 000 et 36 000 $.

Forces

Excellent compromis confort/comportement

Boîtes de vitesses précises

Espace généreux aux places arrière

Bon volume de chargement

Faiblesses

Léger manque de puissance à bas régime

Chaîne audio de base de qualité moyenne

Qualité des matériaux sur les modèles de production à vérifier

Fiche technique

•MOTEUR

    L4 2,0 L DACT, 155 ch à 6000 tr/min

    Couple 150 lb-pi à 4000 tr/min

    Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports,

    automatique à 6 rapports

    0-100 km/h 8,0 s

    Vitesse maximale 190 km/h

Consommation (ville/route, L/100 km) :

2RM : BVM 7,8/5,7; BVA : 7,7/6,1

4RM : BVA 8/6,4

   

•AUTRES COMPOSANTS

    Sécurité active freins ABS, assistance au freinage, répartition

    électronique de force de freinage,contrôle de la stabilité électronique, antipatinage

    Suspension avant/arrière indépendante

    Freins avant/arrière disques

    Direction à crémaillère, assistée

    Pneus GX : P225/65R17, GT  225/55R19

•DIMENSIONS

    Empattement 2700 mm

    Longueur berline 4540 mm 

    Largeur 1840 mm

    Hauteur 1670 mm

    Poids GX/GS/GT 1295 à 1381 kg

    Diamètre de braquage 10,4 m

    Coffre 966 L, 1852 L (sièges abaissés)

    Réservoir de carburant 56 L (TA) 58 L (TI)

Échelle de prix : de 26 000 à 36 000 $ (approximatif)

Modèles concurrents : Chevrolet Equinox, Dodge Journey, Ford Escape, GMC Terrain, Hyundai Tucson, Kia Sportage, Mitsubishi Outlander, Nissan Rogue, Subaru Forester, Suzuki Grand Vitara, Toyota RAV4, Volkswagen Tiguan

-30-

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2012. On peut également l’entendre à l’émission Dutrizac, l’après-midi tous les vendredis à 14 :05 sur les ondes du 98,5 fm à Montréal.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires