Audi A4 2013

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

« Tirée A4 épingle »

Avant qu’Audi ne devienne le pinacle technologique qu’on connaît aujourd’hui, son offre se résumait à peu de choses; et l’ancêtre de l’A4, l’Audi 80, est celle qui a amené le fabricant là où il se situe aujourd’hui. Cette populaire berline constitue près de 30 % des ventes mondiales de la firme allemande. Cette refonte de mi-carrière est presque aussi importante que l’introduction d’un nouveau produit. Et la bonne nouvelle, le Canada verra à nouveau la désirable allroad faire un retour sur la route, mais dans la peau d’une A4.

Pas de révolution dans la présentation

Depuis l’introduction de l’Audi 80 dans les années 70, Audi a vendu plus de 10 millions de voitures de la famille A4. C’est en quelque sorte le pain et le beurre de l’entreprise. Pas question de rater, même une petite refonte. De l’extérieur, la voiture s’harmonise avec le reste de la famille et adopte la nouvelle calandre qu’on a vue sur les A8, A7 et A6 ainsi que de nouveaux phares épurés où les guirlandes de diodes électroluminescences sont remplacées par d'élégantes lignes. La berline gagne aussi en agressivité grâce à des prises d'air anguleuses et à des projecteurs antibrouillard rectangulaires. La finition S line et la version S4 auront droit à une calandre noire laquée. Si l’on compare cette révision de mi-cycle avec la nouvelle BMW Série 3, vous pourriez croire qu’Audi n’a pas la meilleure main. Mais, elle a un as dans sa manche, un nouveau modèle vient s’ajouter à la famille. Un modèle taillé sur mesure pour les familles au revenu plus élevé qui adorent ce genre de voiture. Et j’ai nommé la nouvelle allroad. C’est un peu comme une Avant déguisé en coureur des bois avec une garde au sol légèrement plus élevée, des garnitures de plastiques autour des roues et coiffée d’un support de toit.

Un habitacle plus haut de gamme

Si, au premier coup d’œil, on ne voit pas beaucoup de différences à l’intérieur, quand on jette un second regard, on remarque que l’écran d’affichage situé entre les deux compteurs est nettement plus grand et facile à consulter. Il y a aussi de nouvelles selleries et des insérés de bois inédits. Dans un souci d'ergonomie, la commande de la navigation MMI passe de huit à quatre touches, et la climatisation est simplifiée. La qualité de la finition demeure un modèle du genre. Au chapitre de l’habitabilité, c’est le statu quo, et l’espace offert aux passagers arrière reste compté. En revanche, les 480 litres du coffre font bonne figure dans la catégorie.

Mêmes moteurs

L’offre mécanique demeure la même : un moteur à 4 cylindres de 2 litres de 211 chevaux jumelé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports ou DSG à 8 rapports en option. La S4 conserve aussi son superbe V6 avec compresseur de 333 chevaux et sa boîte manuelle à 6 rapports ou DSG à 7 rapports. Pour ceux qui attendent l’arrivée d’une version à moteur Diesel, il faudra patienter; le tout nouveau modèle ne sera là qu’en 2014. Sur la route, Audi reste fidèle à ses principes, avec quelques modifications à certains éléments de conduite.

Ainsi, la direction, dont le système d’assistance électromécanique est entièrement nouveau, se montre moins sportive qu’auparavant. Les directions électriques, moins lourdes et plus économes en carburant, ne donnent toutefois pas le même retour de sensations qu’une direction hydraulique. Audi a aussi opté pour une suspension un peu plus douce, sans pour autant entacher la tenue de route qui demeure excellente. Derrière le volant, le maintien des sièges et la position de conduite sont excellents, on se sent en sécurité, et le silence de roulement est exemplaire. Les deux boîtes de vitesses sont aussi irréprochables, c’est ici une question de préférence.

Conclusion

Toujours « tiré A4 épingle », la berline d’entrée de gamme d’Audi continuera à attirer les acheteurs. Son évolution en douceur suit la tendance lourde de l’industrie de ramener les familles de voitures à une image commune. La voiture conserve les qualités de sa devancière avec son châssis dynamique, son moteur encore plus réussi et sa très bonne qualité de fabrication. Cette A4 redessinée arrivera en concession à l’été 2012.

Forces

Qualité de fabrication

Version allroad

Richesse de la gamme

Mécaniques réussies

Faiblesses

Options trop coûteuses

Habitabilité arrière moyenne

Direction un peu moins précise

Modèle Diesel qu’il faudra encore attendre

Fiche Technique

• MOTEURS

    (2.0T, 2.0T Avant)

    L4 2,0 L turbo DACT, 211 ch de 5300 à 6000 tr/min

    Couple 258 lb-pi de 1500 à 4200 tr/min

    Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports, automatique à variation continue (de série sur berline 2RM),

    automatique à 8 rapports avec mode manuel (option, de série sur la Avant),

    0-100 km/h 2,0T CVT 7,4 s  quattro man 6,7 s quattro auto. 6,5 s

    Vitesse maximale 209 km/h (bridée)

Consommation (100 km) 8,5 L

• (S4)

V6 3,0 L suralimenté par compresseur volumétrique,

DACT, 333 chevaux de 5300 à 6000 tr/min

Couple 325 lb-pi de 1500 à 4200 tr/min

Boîte de vitesses manuelle à 6 rapports,

manuelle robotisée à 7 rapports (option)

0-100 km/h 5,1 s

Vitesse maximale 250 km/h (bridée)

Consommation (100 km) man. 10,2 L DSG. 10,0 L (octane 91)

• AUTRES COMPOSANTS

    Sécurité active freins ABS, assistance au

    freinage, répartition électronique de la force de freinage, contrôle de la stabilité

    électronique, antipatinage

    Suspension avant/arrière indépendante

    Freins avant/arrière disques

    Direction à crémaillère, assistée

    Pneus 2.0T : P245/45R17 option Quattro/de série S4 P245/40R18 

 option Quattro avec groupe S Line/option S4 P255/35R19

• DIMENSIONS

    Empattement 2810 mm

    Longueur : A4 4700 mm,  S4 4720 mm

    Largeur (sans les rétroviseurs) 1830 mm

    Hauteur 2.0T 1427 mm 2.0T Avant 1436 mm

    Poids 2.0T 2RM 1590 kg  2.0T quattro man. 1640 kg  2.0T quattro auto. 1680 kg  2.0T Allroad. 1730 kg

  S4 man. 1745 kg  S4 DSG. 1780 kg

    Diamètre de braquage 11,4 m S4 11,5 m

    Coffre ber. 480 L

    Allroad 490 L

    Réservoir de carburant 64 L

Prix : automne 2012

-30-

Benoit Charette est co-propriétaire et rédacteur en chef de l’Annuel de l’Automobile 2012. On peut également l’entendre à l’émission Dutrizac, l’après-midi tous les vendredis à 14 :05 sur les ondes du 98,5 fm à Montréal.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires