Ti-Poilièvre saute la clôture

Richard
Richard Cléroux
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pierre Poilièvre

Le député conservateur Pierre Poilièvre, grand défenseur de la loi et l’ordre, a  passé «tout droit» à un point de contrôle de la GRC sur la Colline du Parlement, la  semaine dernière.

Poilièvre est le secrétaire Parlementaire du Premier ministre Stephen Harper, et prononce souvent à la Chambre des communes des discours méprisants contre ceux qui ne respectent pas la loi.

L’inspection de sa voiture par la GRC prenait trop de temps selon lui.  Dans un mouvement d’impatience… il a conduit tout droit. Monsieur avait des engagements.

Depuis les événements du 11 septembre 2001, toute voiture qui roule sur la Colline (et elles sont déjà limitées) doit subir une inspection électronique a un poste de commande de la GRC situé au pied de la Colline.

La GRC traite l’incident comme une atteinte à la sécurité. Jusqu’à maintenant, ils n’ont porté plainte comme ils auraient fait contre un simple citoyen qui aurait fait la même chose.

Les libéraux exigent que Pierre Poilièvre se retire de son poste de secrétaire parlementaire jusqu’à ce que la GRC ait complété son enquête. 

L’Opposition en fait une grosse affaire, et accusent Poilièvre de se moquer du système de sécurité mis en place pour protéger les milliers de personnes qui visitent et travaillent sur la Colline parlementaire chaque jour.  

Le bureau du Premier ministre tente de minimiser le comportement de Poilièvre en disant « il n’a pas passé des explosifs ni de contrebande. »

La GRC craint que si Poilièvre puisse  jouir de passe-droits, ils seront obligés d’accorder un traitement de faveur à tous les autres parlementaires, et bientôt à tous les fonctionnaires et travailleurs sur la Colline. Ce sera la fin de la sécurité.

Ce n’est pas la première gaffe de Poilièvre. Il a déjà fait un bras d’honneur à l’Opposition en Chambre, et en comité leur a lancé un « Fuck you guys! 

Une autre fois Poilièvre a demandé si les survivants autochtones des pensionnats résidentiels  « en avaient vraiment eu pour leur argent. »  M. Poilièvre a du s’excuser pour ces remarques.

En 2009 il a utilisé un terme raciste très archaïque de « tar baby » dans la Chambre des communes. Il a du s’excuser.

Mais en dépit de tous ses accrocs,  Poilièvre a toujours la faveur de Harper. Son dauphin?  Mais pour combien de temps?

Organisations: GRC, Chambre des communes des discours méprisants

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires