Communautés Solidaires salue l'œuvre de Laurette Lepage

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Organisme avant-gardiste en prévention et en intervention en santé psychologique, Communautés Solidaires a profité récemment de la deuxième édition de son Dîner des Confidences pour honorer une personnalité marquante de la région, Laurette Lepage.

Qualifiée d'ange des pauvres et de monument d'espoir, Mme Lepage a passé sa vie dans l’ombre pour permettre aux personnes en difficultés, en détresse ou en souffrance d’entrer dans la lumière. Les quelque 125 convives présents à cette rencontre ne sont pas prêts d’oublier cette femme motivante, de terrain, extraordinairement humaine, surtout aimante de son prochain.

Instigatrice de la Fondation Saison Nouvelle qui a distribué, en 30 ans, plus de 4 M$ dans divers organismes défendant la dignité humaine dans la région, Laurette Lepage sait faire vibrer les gens et trouver les bons mots pour soulager bien des maux. Âgée de 87 ans et pourvue d’une lucidité remarquable, elle a publié six ouvrages, dont le plus récent porte un titre révélateur de sa mission, «Debout les pauvres». «Elle est sans aucun doute l’incarnation de l’amour fraternel qu’elle professe», a commenté l'un des convives au terme du touchant témoignage livré par la conférencière.

Cheminement de vie extraordinaire

Laurette Lepage a vu le jour dans une tempête de neige au Témiscamingue en 1922. À 18 ans, dotée d'une foi profonde en Dieu, elle embrasse la vie religieuse chez les Sœurs de l'Assomption de la Sainte-Vierge. Pendant plus de 30 ans, elle se consacra courageusement à l'enseignement et à une mission de cinq ans au Brésil. À 48 ans, retrouvant uniquement dans l'Église un Dieu sévère, moraliste et punisseur qui était loin du Dieu d'amour et de miséricorde qu'elle portait en elle, Laurette Lepage prend la décision cruciale de mettre fin à sa vie religieuse. Deux ans plus tard, elle rencontre l'amour avec un grand A et épouse Lucien Boulet, propriétaire des Pelouses Boulet et homme d'affaires prospère. Ensemble, ils mettent sur pied la Fondation Saison Nouvelle créée pour respecter la dignité humaine et venir en aide aux personnes en difficultés, en détresse et en souffrance. Quelques années plus tard, la fatalité la frappe de plein fouet alors que son mari décède. Pour soulager sa peine et assouvir son deuil, elle entreprend une mission de cinq ans au Brésil en décidant d'aller porter aide et espérance aux sans-terres dans les dépotoirs et bidonvilles du Brésil. Pendant toutes ces années, sa résidence principale en sera une de terre battue avec un toit de fortune où cohabiteront les miséreux et les cochons. Mais, comme ces sans-terres sont considérés comme des parias, son œuvre humanitaire est vue d'un très mauvais œil par les autorités et on expulse cavalièrement Mme Lepage du Brésil.

Fraternité de l'Épi

De retour au Québec, elle décide de s'investir cœur, corps et âme auprès des pauvres et des écorchés vifs dans le quartier le moins bien recommandé de Québec à l'époque, Saint-Roch. Elle y fonde la Fraternité de l'Épi et déménage dans ce quartier malfamé à côté d'une maison de prostitution dans le petit sous-sol d'un taudis qu'elle partagera avec un sidéen. Son secours porté aux prostituées lui vaudra de bien nombreuses menaces.

«Elle n'est pas Mère Térésa, elle n'est pas Jean Vanier, elle est la seule et unique Laurette Lepage, la petite fille du Témiscamingue qui a passé sa vie dans l'ombre pour donner de la lumière et de l'espérance à tous ceux et celles qui souffrent», a résumé le président d'honneur de ce dîner rencontre inoubliable, le député de Jean-Lesage, André Drolet.

Organisations: Fondation Saison Nouvelle, Sœurs de l'Assomption, Église Fraternité

Lieux géographiques: Brésil, Témiscamingue, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires