Mgr Gilles Lemay quitte Québec pour Amos

Martin
Martin Guindon
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le nouvel évêque officiellement en poste le 15 avril

À 63 ans, Mgr Gilles Lemay, évêque auxiliaire au diocèse de Québec, s’apprête à vivre une nouvelle mission, lui qui vient d’être nommé par le Saint Père évêque d’Amos, où il succédera à Mgr Eugène Tremblay, qui vient de se retirer à 75 ans.

Mgr Gilles Lemay devra se familiariser avec huit prêtres diocésains, 15 prêtres religieux et 78 religieux et religieuses au service d’une population de plus de 95 030 catholiques répartis dans 60 paroisses et missions.

Mgr Lemay prendra charge du diocèse lors d’une cérémonie qui aura lieu le 15 avril, à la Cathédrale Ste-Thérèse d’Amos. «Je l’ai appris en Terre Sainte, à Galilée. Je partais le 25 janvier et avant de prendre l’avion, j’ai reçu un message du bureau du Nonce apostolique, qui demandait de le rappeler sans faute en après-midi. Ce fut un coup de massue. Ça m’a secoué fortement. Je me demandais si je devais annuler mon voyage. Je me doutais que s’il m’appelait, ce n’était pas pour me souhaiter un bon voyage. Il voulait m’offrir un diocèse. Et celui qui me revenait en tête, c’était celui d’Amos, puisque Mgr Tremblay était le premier des sept évêques du Québec à célébrer ses 75 ans cette année. Je ne pouvais m’imaginer aller aussi loin. Nous sommes encore 15 frères et sœurs vivants ici et j’ai 30 neveux et nièces. Et puis, je suis heureux à Québec», raconte Mgr Lemay.

Calme et en paix

Il a finalement pris son avion et après deux tentatives infructueuses de rappel, ce n’est que le lendemain qu’il a reçu la nouvelle du Nonce. «Il m’a dit: Le Saint-Père a pensé à vous pour une nouvelle mission qui va vous éloigner de Québec, au diocèse d’Amos. Acceptez-vous? J’étais dans le hall d’un centre des congrès. Ce n’était pas les conditions idéales pour discuter. Mais j’avais prié pendant 48 heures et ça ne me quittait pas beaucoup. J’étais dans un certain calme et une certaine paix. J’ai accepté. Je suis libéré de toute contrariété. Je vis ça un jour à la fois. Je n’avais pas choisi non plus d’être missionnaire au Paraguay. Mais après avoir prié et discerné, j’ai compris que c’était la volonté de Dieu et j’ai été très heureux», rappelle celui qui a œuvré là-bas pendant 15 ans.

En terrain inconnu

À l’instar de son prédécesseur, Mgr Lemay, qui est originaire de la région de Lotbinière, ne connaît rien de l’Abitibi-Témiscamingue. Il n’y a été de passage qu’une seule fois, au milieu des années 70. Il s'y est rendu pour rencontrer Mgr Tremblay et les gens des services diocésains, afin de préparer la transition.

«Pour moi, ce sera beaucoup d’apprentissage, admet d’emblée celui qui est titulaire d’un diocèse pour la première fois. Je vais commencer par devoir apprendre à connaître le milieu. C’est le diocèse le plus grand en superficie au Québec. Je n’y connais aucun prêtre. J’ai tout à apprendre. Je suis un homme de relation, qui écoute et qui entre en contact avec les gens. Je suis ce qu’on pourrait appeler un gars de terrain. Mon but premier comme évêque sera de répandre la Bonne Nouvelle, de faire connaître la personne de Jésus.»

Pour la petite histoire, soulignons que c’est la deuxième fois que Mgr Gilles Lemay est appelé à succéder à Mgr Eugène Tremblay. Quand il a été nommé évêque auxiliaire au diocèse de Québec, en février 2005, c’était pour le remplacer à la suite de son départ pour l’Abitibi. Il a donc travaillé pendant cinq ans avec Mgr Marc Ouellet, originaire de La Motte. «J’ai beaucoup appris de lui», confie celui qui a été ordonné prêtre en 1962.

Organisations: Cathédrale Ste-Thérèse d’Amos, Bureau du Nonce apostolique

Lieux géographiques: Diocèse de Québec, Amos, Terre Sainte Galilée Diocèse d’Amos Paraguay Région de Lotbinière Abitibi La Motte

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires