L’utopie selon Eric Kennedy

Thaïs
Thaïs Martel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un premier roman pour un jeune auteur originaire de Beauport

Montréal, la Mecque de l’hyperdivertissement en temps réel. Au centre de la cité, Utopia, véritable ville-studio intérieure nichée dans l’enceinte du Stade olympique. Les lieux sont peuplés de gens jouant les acteurs et d’acteurs interprétant le rôle de gens qui essaient de gagner leur vie. Tout cela sous l’œil attentif des touristes présents ou des spectateurs confortablement assis aux quatre coins de la planète.

Utopia, c’est un choc entre la réalité et la fiction, une fuite dans l’irréel en 172 pages née de l’esprit imaginatif d’Eric Kennedy, un jeune auteur de Beauport qui habite maintenant à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Le roman policier futuriste raconte l’histoire de Conrad Johnson, un policier grincheux, orgueilleux et misanthrope du Service de police de Montréal qui enquête sur la mort d’une femme qui a été projetée d’une passerelle avant de tomber devant les caméras d’Utopia. Il fait équipe avec une jeune policière d'Utopia, pour qui la devise protéger et servir n’est qu’un second rôle derrière celui de sauver les apparences de ses richissimes patrons.

Bizarrement, c’est le Jardin botanique de Montréal qui a inspiré le jeune auteur. «Parmi les fleurs, les gazouillis d’oiseaux et le clapotis de l’eau, je me suis retourné pour apercevoir le mât du stade qui pointait au-dessus des arbres. Deux mondes si près et si loin; le passé, le présent et le futur se touchaient presque à ce moment-là. C’était autour de 2004 et on s’interrogeait sur le sort de l’édifice. Une belle grosse coquille vide. Puis mon imagination s’est emballée et je me suis demandé ce que je ferais avec un tel espace si j’avais les sous et un plan. Utopia est né», raconte celui qui a écrit ses premières histoires à l’adolescence, dans ses cahiers Canada.

Avec Utopia, Eric Kennedy vise un public varié. «Les adolescents vont apprécier l’univers clinquant et rempli de gadgets, et les adultes remarqueront les références littéraires et cinématographiques tout au long du livre. Le livre reflète beaucoup son contexte : une ère dans laquelle nous sommes bombardés d’information, d’icônes, de téléréalités, de publicités et de bribes de conversations éparses», résume l’auteur.

Après le Salon du livre de Dieppe au Nouveau-Brunswick, où le livre a été lancé en octobre, et celui de Montréal dernièrement, Eric Kennedy espère visiter ceux de Québec, la ville où il a grandi, et d’Edmundston, où il est né.

De plus, il assure que la suite d’Utopia, dans laquelle il souhaite pousser encore plus loin son concept, est déjà en chantier. «Je veux amener encore plus la confusion entre le réel et le fictif. L’action se transportera en Asie cette fois. Ceux qui liront le livre sauront où exactement!»

Beauport Express, membre du groupe Québec Hebdo

Utopia est publié aux Éditions La Grande marée

Organisations: Service de police de Montréal, Groupe Québec HebdoUtopia, Éditions La Grande

Lieux géographiques: Beauport, Nouveau-Brunswick, Canada Dieppe Montréal Québec Edmundston Asie

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires