Marie-Claude Savard, l’orpheline qui apporte l’espoir

Thaïs
Thaïs Martel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

À la fin de l’été 2008, le sort s’acharne sur Marie-Claude Savard. En une semaine, elle trouve son père mort chez lui puis apprend que sa mère souffre d’un cancer des poumons. En avril 2010, cette fille unique originaire de Sillery devient orpheline. C’est pour se guérir elle-même, pour partager son cheminement et pour donner un peu d’espoir à ceux qui souffrent comme elle a souffert que celle qui a longtemps été la journaliste sportive de Salut Bonjour a écrit et publié Orpheline.

Pour Marie-Claude Savard, écrire son expérience a été salvateur. (Photo Thaïs Martel)

Le premier ouvrage de Marie-Claude Savard raconte en 309 pages le tourbillon qu’elle a vécu entre la mort de son père et celle de sa mère. La colère, la tristesse, la culpabilité sont omniprésentes dans le livre, tout comme l’espoir. «C’est un livre d’espoir bien plus qu’un livre de deuil. Peu importe ce qui nous arrive dans la vie, on peut en sortir grandi, même si c’est difficile de se dire ça quand on est au cœur de l’épreuve», annonce d’entrée de jeu Marie-Claude Savard.

Si son livre a, en quelques semaines seulement, connu un succès fulgurant – avec 45 000 exemplaires vendus, Orpheline a largement dépassé le chiffre magique qui fait d’un livre un best-seller – l’auteure assure que ses écrits représentent avant tout une façon de se libérer. «C’est une démarche personnelle. Au début, je n’ai pas réfléchit à comment ça allait être reçu. Ensuite, je ne voulais pas me censurer en pensant aux gens qui allaient me lire», raconte l’auteur.

Elle a donc choisi d’écrire sans se relire. Elle ne retournait que sur les passages pour lesquels son éditeur demandait des corrections. Ce n’est qu’avant de mettre sous presse qu’elle s’est décidée à se replonger dans ce qu’elle avait écrit. «C’est vrai qu’on n’est pas habitué de voir une personnalité s’ouvrir à ce point là. Mais en même temps, les gens dont je parle sont décédés. Je me sentais donc libre d’écrire ce que je voulais», explique la journaliste.

«Peu importe ce qui nous arrive dans la vie, on peut en sortir grandi, même si c’est difficile de se dire ça quand on est au cœur de l’épreuve.» Marie-Claude Savard

Depuis la parution d’Orpheline, les gens sont nombreux à aborder Marie-Claude Savard pour lui parler de l’épreuve qu’elle a vécue. Elle constate que son public est très varié et que ses lecteurs retiennent différentes choses de son livre selon leurs propres expériences. «Les plus jeunes me parlent beaucoup de leur relation avec leur mère, du non-dit entre elles. Les plus âgés sont souvent eux aussi orphelins et ils sont contents de reconnecter avec quelqu’un qui a vécu la même chose», relate-t-elle.

Après le livre, Marie-Claude Savard passera aux conférences. À compter de 2012, elle présentera son livre et parlera plus largement des obstacles de la vie et de la manière de transformer le dramatique en positif (www.soniagagnon.com pour en savoir plus).

L'Appel, membre du groupe Québec Hebdo

Marie-Claude Savard sera à la Librairie Raffin de Place Fleur de Lys le 9 décembre de 19 h à 20 h 30 et à la Librairie Morency des Promenades Beauport le 10 décembre de 10h30 à midi. Orpheline est publié aux Éditions Libre Expression.

Organisations: Groupe Québec HebdoMarie-Claude Savard

Lieux géographiques: Place Fleur de Lys

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Anne Roy
    09 mars 2012 - 19:16

    Bonjour Marie-Claude Je viens de lire votre histoire .C'est tellement bien écrit que je l'ai lue en 3 jours moi aussi.Je peut même vous dire que j'ai pleuré.J'ai perdu mon mari subitemenet en Novembre 2010 Lorsque vous nous raconter que vous étiez à l'urgence avec votre père après son décès dans la chambre seule avec lui j'ai revécu mon histoire . Le courage de votre mère votre dévoument à son égart m'on beaucoup touché. Bravo de vous être mise à nu ça prends vraiment du courage .Je me permet de vous dire que de partager ces moment de votre vie on été un prévilège . Bonne chance dans vos pojets présent et futurs . Derrière l'annimatrice il y a un petit bout de femme qui mérite toute mon admiration Encore bravo ! Anne

  • Annie-Pier Bastien
    30 décembre 2011 - 11:17

    Bonjour Marie-Claude, J'ai entendu parler de votre livre quand vous avez passer à deux filles le matin. Tout de suite j'en ai fais par à mes proches que j'aimerais bien avoir ce livre pour noel. Je l'ai eu en cadeau par mon copain. J'ai lue votre livre en 3 jours meme pas. Je l'ai adorée j'était pas capable d'arreté. Ce que je voulais vous dire, j'ai perdu mon grand-pere le 1er avril 2011. Cela a fait un gros vide dans ma vie. Ma mère à vécu ce que vous avez vécu avec votre mère. Elle a été la pour lui jusqu'à la fin. Je vous trouve (ma mère et vous) forte d'avoir été jusqu'à la fin avec eux. Surment que je serais capable, mais encore la je sais pas. Je peux vous dire que le premier noel à été très dure pour moi, sans lui. C'était un homme quand meme assez grand et lorsqu'il rentrait dans une pièce ont le savaient. Ont l'entendaient de loin (rire). Votre livre, du début à la fin, ma fait pensée à lui. Je vous admire beaucoup, je vous aimes beaucoup. J'espère que l'avenir sera que de bonheur pour vous. Merci pour ce beau livre crue et pure en même temps. :) Annie-Pier