«La nouvelle procédure criminelle réduira le nombre de procès interminables» - Pierre-Hugues Boisvenu

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

De passage à Québec, aujourd’hui, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a affirmé que la mise en application de la Loi C-2 sur la tenue de procès criminels adoptée par le gouvernement conservateur fera en sorte que la justice sera rendue de manière rapide et efficace pour les criminels qui se livrent à du terrorisme, participent au crime organisé ou commettent des crimes de cols blancs.

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu était accompagné du président de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec (FPPVQ), Bernard Lehré, <@CP> (Photo Michel Bédard)

Accompagné en point de presse du président de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec, Bernard Lehré, M. Boisvenu a souligné, entre autres, que la nomination d’un juge de gestion de l’instance améliorera l’étape préliminaire du procès et contribuera à améliorer l’efficacité des procès imposants et complexes comme ceux impliquant les motards et les gangs de rues.

«La Loi C-2 permet maintenant à un juge de gestion de l’instance de trancher les questions préliminaires sur lesquelles le reste du procès repose souvent, ce qui aura aussi pour effet d’autoriser, dans la mesure du possible, la présentation sans interruption d’éléments de preuve au jury. À sa nomination, ce juge pourra notamment promouvoir un procès équitable et expéditif, garantir que la preuve sur le fond est présentée sans interruption, imposer des échéances aux parties, aider les parties à identifier les témoins qui doivent être entendus au procès, recevoir des plaidoyers de culpabilité et déterminer la peine», a noté M. Boisvenu

De nouveaux outils pour les policiers

Voyant d’un bon œil l’adoption de cette nouvelle loi, le président de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec, Bernard Lehré, a déclaré que cette annonce représentait le début de la construction d’une maison contre le crime organisé.

«Il restera encore beaucoup à faire, mais la simplification des procédures va donner des outils supplémentaires aux policiers qui étaient appelés à se rendre très souvent à des procès interminables. L’ancienne loi donnait souvent des avantages aux criminels qui profitaient largement de la lenteur des procédures», a commenté M. Lehré.

Organisations: Fraternité, C-2

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires