Honte à la Commission scolaire des Premières Seigneuries

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Je reconnais qu’il est nécessaire de faire des efforts pour contrer le décrochage scolaire et la création d’écoles dites CFER peut être une solution qui cependant a ses limites et l’ampleur de ses bienfaits reste à démontrer.

La seule école mise en place à ce jour dans le Québec métropolitain (excepté la rive-nord) a fermé ses portes après une courte existence.

Je crois fermement que la croissance du décrochage scolaire est due à l’abdication grandissante et inquiétante des parents, de leurs responsabilités premières à l’éducation de leurs enfants.

La commission scolaire ne doit pas s’approprier cette responsabilité des parents. Ses efforts seront vains et mal se fera grandissant. Les parents doivent se ressaisir nonobstant leurs obligations matérielles et contraintes sociales. Sans quoi nos enfants deviendront des enfants de l’État.

Or la Commission Scolaire des Premières Seigneuries a présenté un projet pour mettre en place, dès septembre 2012, une école CFER et à cette fin transformer l’école du Parc (abolition de l’enseignement primaire) dernière école du quartier. Ce niveau d’enseignement existe depuis bien avant l’avènement de l’enseignement public au Québec dans notre quartier appelé anciennement (avant les fusions municipales) Saint-Grégoire de Montmorency. Des mémoires sont attendus et des audiences publiques seront tenues en octobre 2011.

La commission scolaire crie haut et fort que rien n’est décidé et qu’elle désire obtenir l’opinion de la communauté.

Les réactions ont été instantanées, de nombreux parents, contribuables, résidents et les organismes socio-communautaires du milieu ainsi que le conseil de quartier se sont objectés à la fermeture de l’école primaire du Parc. Notre député provincial et notre conseillère municipale ont formulé publiquement leur opposition et ont offert leur collaboration à la commission scolaire dans la recherche et l’application d’une solution moins dévastatrice pour notre quartier.

La Commission Scolaire des Premières Seigneuries fait la sourde oreille, maintien toujours son projet et laisse planer la forte probabilité de la fermeture de l’école du Parc tel que prévu.

RÉSULTAT : La fermeture est déjà commencée

La crainte et la panique ont envahi l’école. Notre excellente équipe pédagogique se dissémine sérieusement par l’affectation d’effectifs chevronnés à d’autres écoles dès septembre 2011. Il en est de même pour nos services de soutien. Le nombre d’élèves inscrits pour septembre a diminué sensiblement résultant de la panique de parents.

Une institution de cette envergure (quirielle d’administrateurs, de professionnels, de conseillers, de planificateurs etc…) ne pouvait ignorer ces réactions et conséquences immédiates et aurait dû prévoir un échéancier d’application en conséquence qui respecte l’expression et l’opinion publique.

Je suis convaincu que cela était prévu et planifié pour favoriser la réalisation du projet et contrer l’opposition généralisée prévue. Tout cela avant même la présentation de mémoires et la tenue des audiences publiques.

Machiavel n’aurait pas fait mieux.

Honte à vous :

- Monsieur le président du conseil des commissaires

- Mesdames et messieurs les commissaires

- Monsieur le directeur général

d’avoir autorisé, voté et soutenu une telle machination.

Nous ne lâcherons pas, nous irons aux audiences publiques. Notre farouche opposition est maintenue, elle sera démontrée et défendue.

Au moment de rédiger ce texte, je reçois mon avis de paiement de taxes scolaires 2011/12. Pour la première fois, j’ai un haut le cœur en signant mon chèque.

 

 

 

 

 

Paul-André Blouin

Contribuable et citoyen du Quartier de Montmorency

Organisations: Commission scolaire des Premières Seigneuries, école du Parc, école CFER Conseil des commissaires

Lieux géographiques: Québec, Quartier de Montmorency

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires