Antoine Valois-Fortier, la fierté du Dojo de Beauport

Michel
Michel Bédard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Point de mire de la journée portes ouvertes

Tous les yeux étaient tournés vers le médaillé de bronze en judo aux Jeux olympiques de Londres, Antoine Valois-Fortier, samedi dernier, au Dojo de Beauport où l’athlète beauportois de 22 ans agissait à titre d’invité d’honneur de la grande journée portes ouvertes lançant la nouvelle saison d’activités du club.

«Il y avait déjà une centaine de personnes dès 7 h 30 le matin pour le voir. Depuis son exploit, Antoine est devenu très populaire auprès des jeunes qui voient en lui un modèle de persévérance et de détermination. Plus de 500 de ses admirateurs sont certainement venus aujourd’hui lors de cette deuxième journée portes ouvertes depuis notre fondation. C’est tout à fait exceptionnel», souligne le directeur technique du club, Daniel Tabouret, qui a vu grandir cet athlète.

Ne voulant pas manquer ce rendez-vous, ses parents Stéphane Fortier et Nathalie Valois étaient également sur place, eux qui fréquentent le dojo depuis 1994, année où leur garçon a débuté à faire du judo dès l’âge de quatre ans.

Membres du club, ses trois sœurs, Laurence, 20 ans, Béatrice, 18 ans et Alice, quatre ans, ne voulaient pas elles aussi rater cette occasion de participer à cette grande fête populaire en l’honneur de leur frère médaillé olympique chez les -81 kg.

Une tournée à travers le Canada

Fier de pouvoir revenir rencontrer les membres de la direction du Dojo de Beauport, ses professeurs et l’ensemble des membres du club qui lui ont réservé un vibrant accueil, Antoine Valois-Fortier s’est prêté généreusement à des séances de signatures et de photos pendant plus de cinq heures au grand plaisir de tous.

Ce type d’activité se répétera pour l’athlète beauportois au cours des prochaines semaines alors qu’il visitera les quatre coins du Canada afin de partager son expérience avec les athlètes de la relève âgés de 13 à 17 ans. Il se rendra d’abord au club de Jonquière avant de faire des escales à Toronto, Vancouver, Saskatoon, Moncton et Halifax.

«C’est important pour moi de partager mon expérience olympique avec les jeunes, car c’est aux Jeux de Londres que j’ai vécu les émotions les plus fortes de toute ma vie. Cette expérience unique m’a fait rêver tout au long de ma carrière et je veux démontrer aux jeunes que je suis un gars comme les autres qui a travaillé et qui y a cru un peu plus que les autres», a confié le judoka.

Une rencontre mémorable avec Nicolas Gill

Alors qu’il avait 10 ans, Antoine avait reçu la visite de Nicolas Gill au Dojo de Beauport. Celui qui allait devenir son entraîneur quelques années plus tard était venu rencontrer les jeunes avec sa médaille d’argent.

«Nicolas a eu un gros impact sur ma carrière et je me souviens très bien de sa visite. Il m'avait marqué et surtout beaucoup inspiré. Lorsque je rencontrerai les jeunes, j’espère qu’ils comprendront qu'avec beaucoup d'efforts et de sacrifices, tout est possible! Selon moi, le sport forme la jeunesse et il m’a poussé jusqu'à mon rêve!».

 

Antoine Valois-Fortier est monté sur le podium olympique après avoir défait l’Américain Travis Stevens le 31 juillet dernier. Il s’agissait de la première médaille olympique canadienne en judo depuis les Jeux de Sydney, en 2000, alors que Nicolas Gill avait obtenu la médaille d’argent chez les -100 kg.

 

 

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

Organisations: Québec Hebdo

Lieux géographiques: Dojo de Beauport, Canada, Jonquière Toronto Vancouver Saskatoon Moncton

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires