Une marée blanche pour un Match bleu

Marc
Marc Cochrane
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

14 000 personnes au Colisée pour la partie Thrashers-Canadiens sur écrans géants

Les gens de Québec et même de l'est du Québec ont envoyé une autre belle carte postale, ce soir, aux dirigeants de la Ligue nationale de hockey, à New York. Ils étaient quelque 14 000 à démontrer leur appui au retour d'une équipe du circuit Bettman dans la Vieille Capitale remplissant le Colisée Pepsi pour assister au Match bleu mettant aux prises les Thrashers d'Atlanta et le Canadien de Montréal et présenté sur écrans géants.

L'ambiance ressemblait beaucoup à une bonne vieille soirée de hockey dans le vétuste amphithéâtre de Québec avec la présence de Badaboum et du trompettiste Claude Scott et de l'incontournable vague. La fébrilité se faisait sentir dans le hall d'entrée où chaque amateur a reçu un t-shirt blanc en souvenir de l'événement.

L'initiative de la station radiophonique FM 93,3 voulait ainsi démontrer que la ville de Québec souhaite ardemment le retour de ses Nordiques et que, même si on ne compte aucune formation de la LNH depuis 1995, on peut attirer davantage d'amateurs de hockey que dans une ville comme Atlanta, où notre sport national se trouve bien loin dans les priorités des Américains du sud-est.

«Merci d'être là pour cette idée folle d'un auditeur du FM 93», a lancé l'animateur du retour à la maison, Gilles Parent.

Mettre du monde dans la place

Interrogé au terme de son émission L'Avant-match, le grand organisateur du Match bleu, Dan Poulin (Dan Pou), s'est dit surpris d'une telle affluence au Colisée.

«J'avais une petite crainte que des gens ne se présentent pas, car ce n'est pas comme lorsqu'on vend des barres de chocolat, on ne voulait pas amasser de l'argent, mais mettre du monde dans l'enceinte», a confié celui qui a souligné l'énorme travail de logistique nécessaire pour la présentation de cette première qui se veut aussi une dernière.

Provenant de Rimouski, la Beauce, Trois-Rivières ou Québec même, les amateurs de hockey questionnés par le représentant du Québec Hebdo ont tous dit vouloir encourager la démarche de faire revivre la belle époque des Nordiques dans la LNH.

Arborant respectivement les chandails des Nordiques, des Canadiens et des Penguins, Josée Robillard, sa fille Ariane Bergeron et son conjoint Daniel Bergeron sont partis de Lotbinière, car ils adorent le hockey, surtout la maman et la fille.

Revivre le passé

«Quand nous vivions dans les Cantons de l'est, nous venions au Colisée pour encourager les Nordiques. Maintenant que nous nous sommes rapprochés, nous aimerions bien qu'ils reviennent dans la LNH», a mentionné Mme Robillard.

Frédéric Lemieux, de Charlesbourg, s'est fait remplacé à son travail pour participer au tailgate qui a débuté à 14 h. Sa conjointe, Maude Vandal Fortin, n'avait que 9 ans quand les Fleurdelisés ont quitté pour Denver.

«On aime le hockey et on veut voir notre équipe évoluer un jour dans un nouvel amphithéâtre», a noté Mme Vandal Fortin.

Une prémisse

L'instigateur du groupe J'ai ma place, Mario Bédard, trouvait fantastique de voir autant de monde au Colisée pour un simple match sur écrans géants.

«Ça pourrait être une prémisse à un transfert d'un club de la LNH à Québec. Un coup que nous aurions notre équipe, plus jamais on l'échapperait, car on sait maintenant ce qu'il faut pour garder un club à Québec», a déclaré M. Bédard, en spécifiant qu'il ne reste que 1400 sièges à vendre dans un nouvel amphithéâtre sur les 5000 visés par J'ai ma place.

Les anciens Nordiques Marc Fortier et Pierre Lacroix tenaient à être de la fête tout comme Alain Côté, Réal Cloutier et Luc Dufour.

Toujours là

«Il faut être de tous les événements qui favorisent la chance d'un retour d'une équipe de hockey de la LNH à Québec. Il faut oublier les compétitions entre médias pour faire front commun. Si un club revient ici, je dis tant mieux pour les amateurs, tant mieux pour les joueurs francophones et tant mieux pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec», ont soutenu Fortier et Lacroix.

Le député de Montmorency, Raymond Bernier, a rappelé l'impact économique positif d'un club de hockey professionnel dans une ville, puisque son nom est propagé dans toute l'Amérique du Nord à chaque rencontre qu'il dispute.

Ah oui, pour les amateurs de hockey, les nombreux partisans des Thrashers n'ont pas eu beaucoup d'occasions de manifester, car le Canadien a mis fin à sa série de trois revers par jeu blanc, l'emportant 3-1.

Organisations: LNH, Groupe J', Ligue de hockey junior majeur du Québec

Lieux géographiques: Québec, Colisée, Atlanta Rimouski Beauce Trois-Rivières Lotbinière Charlesbourg Denver Montmorency Amérique du Nord

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Yvan Turgeon
    30 mars 2011 - 17:57

    Mon Dieu que vous êtes crédules. Pensez-vous que les 14 000 personnes qui ont assistées à ce match acchèterons des billets à 100$ - 150$ pour les vrais matchs d'une vraie équipe de la ligue nationnale à Québec si nous obtenons une équipe. Il n'y aura plus de coupon de 2$ cummulables donnés par Provigo comme dans le temps des dernières années de Nordique à Québec. À Québec çà prendra une équipe gagnant et çà nous prendra des joueurs à 6-8 millionms de $ pour y arriver. Alors commencer à ramasser vos $$$ pour aller aux nouveaux Nordiques.

    • Mireille
      31 mars 2011 - 08:51

      Tout à fait d'accord, monsieur Turgeon. C'est malheureux, mais Québec n'est pas assez riche pour faire vivre un club de la LNH. Joueurs trop bien payés. Quels commenditaires vont avoir les reins assez solides pour financer un tel projet. Oui, c'est bien dommage, mais il est quasiment impossible de faire revivre les Nordiques. J'aurais bien aimé. Hélas, en regardant froidement les choses, je réalise que ce rêve est tout simplement une chimère.