Un presbytère en vente à Beauport


Publié le 7 mars 2017

Le presbytère situé à côté de l'église Saint-Louis-de-Courville est à vendre.

©(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

ÉGLISE. Le dernier presbytère de la Fabrique de la paroisse Bienheureuse-Marie-Catherine-de-Saint-Augustin, situé à côté de l'église Saint-Louis-de-Courville, a été mis en vente. Toutefois, l'acheteur devra laisser des locaux à la disposition de la paroisse, et ce, gratuitement.

En effet, en vue de la fusion avec la paroisse de L'Ange-Gardien prévue pour 2018, la future paroisse des Saints-Anges-de-Montmorency aura besoin de bureaux, explique le marguillier, André Bédard qui précise que la paroisse de l'Ange-Gardien n'a pas non plus de presbytère.

Dans les conditions de vente exigées par la paroisse, l'acquéreur doit s'engager à «mettre gratuitement à la disposition de la Fabrique, et ce, pour la durée de vie de la communauté chrétienne, des espaces de l'immeuble devant être utilisés par le vendeur» à savoir: un bureau servant à l'accueil et au secrétariat, un bureau servant au service comptable et à l'informatique, une salle de rencontre pour le curé et diverses réunions ainsi qu'une salle d'archives au sous-sol.

«On vend pour une question financière. Il faut chauffer cette grande bâtisse où travaillent seulement une secrétaire et un gérant de fabrique», explique M. Bédard. «La vie paroissiale se réorganise, ce n'est plus ce que c'était, alors quand on peut se débarrasser d'une dépense, on le fait», ajoute-t-il pour bien expliquer la décision de la Fabrique.

Pour l'instant, il ne reste qu'une seule église dans la paroisse Bienheureuse-Marie-Catherine-de-Saint-Augustin, les autres ayant toutes été vendues pour construire une salle de spectacle, des loyers à prix modiques et un immeuble à condo.

Questionné à savoir si ces conditions pourraient décourager des acheteurs potentiels, André Bédard croit en effet que oui, il estime toutefois que «ce qui est intéressant, c'est le terrain du presbytère». Il affirme avoir déjà eu un acheteur potentiel qui a manifesté un intérêt à y construire des logements locatifs.

«Le conseil de fabrique va étudier toutes les propositions, mais ce doit être à caractère communautaire», termine le marguillier. Toute personne intéressée à faire l'acquisition du bâtiment  doit envoyer sa soumission au plus tard le 22 mars, à 15h.

Un acheteur potentiel s'est déjà manifesté auprès de la paroisse Bienheureuse-Marie-Catherine-de-Saint-Augustin.

©(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)