La Traverse de Laval devrait être réparée en 2018


Publié le 18 mai 2017

La Traverse de Laval se trouve encore au palmarès des pires routes de CAA Québec.

©(Photo TC Media - Marie-Pascale Fortier)

ROUTES. À la suite du dévoilement des pires routes du Québec de CAA, la mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet, s'attriste d'y voir la Traverse de Laval apparaître pour une deuxième fois, elle qui souhaite réparer cette route depuis son arrivée en poste en 2013.

Dans ce dossier, les conseillers qui s'opposent à Mme Brunet sont majoritaires, ils ont donc le dernier mot. Ils ont récemment voté pour que la route soit refaite en 2018. Elle ne croit pas que la nomination de la route au palmarès de CAA Québec fasse avancer les choses plus rapidement.

«Ça fait trois ans et ça n’a toujours pas bougé. Je ne veux pas être pessimiste, mais ça me surprendrait beaucoup que ça bouge cette année, à moins de décider de faire un pavage temporaire, mais ce n'est pas dans les projets», explique Mme Brunet. Elle ajoute que, selon elle, ses conseillers ont peur d'une augmentation du trafic et de la vitesse une fois la route refaite.

L'an dernier, la mairesse de Lac-Beauport, qui est également préfète de la MRC de la Jacques-Cartier, aurait aimé procéder à la réfection de la Traverse de Laval puisque des subventions, dans le cadre de «la trame verte et bleue» du Plan métropolitain d’aménagement et de développement, auraient pu être disponibles pour y aménager une piste cyclable.

Si la route est refaite en 2018, ce sera sans piste cyclable, puisque les subventions étaient disponibles jusqu'au 31 décembre dernier.

Sainte-Brigitte veut voir bouger les choses

Rappelons qu’à l’automne 2016, le conseil municipal Sainte-Brigitte-de-Laval avait adopté, devant le refus du conseil municipal de Lac-Beauport de tenir une rencontre avec les représentants de leur ville et de discuter de bonne foi de ce dossier,  une résolution pour demander une rencontre formelle avec les élus afin de discuter de l’état du chemin de la Traverse de Laval et des solutions pouvant être apportées afin de dénouer l’impasse.

«Nous sommes déçus de constater que malgré les démarches de bonne foi que nous avons faites, les conseillers de Lac-Beauport bloquent toujours ce projet, ce qui entraîne des conséquences qui mettent en péril la sécurité de nos citoyens. Pourtant, ils souhaitent bénéficier de notre aide et de l’appui de notre ville pour le projet de construction de piscine municipale sur le chemin de la traverse, mais refusent obstinément d’aller de l’avant pour les travaux de réfection. C’est à n’y rien comprendre», a réagi la mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele.