Sections

«Maison de l'horreur»: Un dossier qui s'étire dans le temps


Publié le 11 octobre 2017

La maison est laissée à l'abandon depuis de nombreuses années.

©(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

COUR. Le propriétaire de la maison sise au 2118, avenue royale, surnommée la «maison de l'horreur», est poursuivi en justice par la Ville de Québec qui souhaite qu'il respecte les règlements municipaux. Le propriétaire, Luc Lefebvre, a enregistré un plaidoyer de non-culpabilité en mars dernier, mais le dossier traine en cour depuis. 

«La volonté de l'arrondissement est de procéder à l'enlèvement des nuisances le plus rapidement possible», explique Danielle Caron, des communications de l'arrondissement de Beauport.

La maison, construite en 1870 selon le rôle d'évaluation, dont les fenêtres brisées sont remplacées par des planches de bois, est dans un état de délabrement. Ce que la ville souhaite, c'est que le propriétaire ait l'obligation de remettre la maison en ordre à ses frais, et ce, à la satisfaction de la division de la gestion du territoire.

Des planches ont été placées dans les fenêtres brisées.
(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

Long processus judiciaire

Selon les informations fournies par Mme Caron, lors de la première audition du dossier devant la Cour, en mars dernier, M. Lefebvre a enregistré un plaidoyer de non-culpabilité. La date d'audition a donc été fixée au 31 mai, date à laquelle le juge a conseillé au propriétaire de la maison d'être représenté par un avocat, et la cause a été remise au 5 juillet.

Le 5 juillet, M. Lefebvre a demandé à ce que le dossier soit remis, puisque son avocat était en vacances jusqu'au 15 août. La cause a donc été remise au 23 août, date à laquelle la Ville a dû essuyer un autre report.

Le dossier est actuellement en suspens et la Ville de Québec est toujours en attente d'une nouvelle date pour régler le dossier de la «maison de l'horreur».