Sections

Les sushis pour l’une, le tartare pour l’autre, les deux pour vous

Une mère et sa fille ont mixé leurs deux plats favoris


Publié le 18 mai 2017

Andréa Mercier et Karina Soucy transposent leur complicité dans leur entreprise

©(Photo TC Media - Charles Lalande)

RESTAURATION. La mère, Karina Soucy, adore les sushis. Sa fille de 28 ans, Andréa Mercier, adore le tartare. Il y a deux ans, sur un coup de tête, elles ont uni leurs deux passions, en créant Duo sushi et tartare. Un projet qui ne cesse, et qui ne cessera, de grandir.

«Chaque fois que je recevais des amis ou de la famille à la maison, je faisais des sushis. Un jour, on a eu l’idée d’ouvrir notre succursale. Andréa adore le tartare, alors elle a amené l’idée», se rappelle la mère, résidente de Lac-Beauport.

C’est vraiment une affaire mère-fille. Mon conjoint est un véritable carnivore, tandis que mon fils [aîné] est végétarien.

Karina Soucy

Mme Soucy a gardé son emploi d’enseignante, à la Polyvalente de Charlesbourg, en formation professionnelle, dans le domaine de la santé. Sa fille s’occupe du volet administratif et des finances du restaurant. Ensemble, elles font la cuisine pour leurs nombreux clients.

Véritables complices de vie, le dynamique duo voit la copropriété familiale comme une chance, et non un obstacle : «Nous pouvons tout se dire. Quand nous avons un petit accrochage, nous rions et nous en reparlons le lendemain», explique Andréa, en riant, elle qui a installé ses pénates à Sainte-Brigitte-de-Laval.

Les deux femmes jurent ne pas regarder la compétition, préférant consacrer leurs énergies à innover leur propre entreprise. Elles ont osé mettre leur touche personnelle à leur menu.

Leur gros vendeur? Le tartare. Une réponse guère surprenante, compte tenu que cet aliment, dans les derniers mois, est devenu tendance. Une mode qui est là pour durer, croient-elles.

Voulant développer leur concept pour emporter, et du même coup, se rapprocher des quartiers résidentiels, mesdames Soucy et Mercier ont choisi de s’installer sur le boulevard Henri-Bourassa, à Charlesbourg, plutôt que d’accueillir leurs clients dans le Vieux-Québec.

Depuis un an, elles offrent le service de chef à domicile. Une idée qui n’avait jamais traversé leur esprit, mais la forte demande leur a incité à mettre le tout en place. Un véritable succès, disent-elles, agréablement surprises.

Que ce soit pour un anniversaire, une soirée entre amis ou en famille, ou pour un party de bureau, il est possible de s’approprier leurs services, afin de satisfaire les papilles gustatives des invités.

Aussi, elles sont en démonstration à la SAQ du Carrefour Charlesbourg deux fois par mois. Depuis le mois de janvier, le Jardin Mobile Lebourgneuf a réservé un espace sur ses tablettes pour les sushis et les tartares de l’entreprise.

«Nous avons une très bonne clientèle à Lebourgneuf, Charlesbourg et Neufchâtel. Ça va très bien. Nous aimerons continuer à développer et à rester proche des gens», a dit Karina Soucy, révélant du même souffle que l’ouverture d’un comptoir à Lebourgneuf était dans leurs plans futurs.