Adrienne Careau-Giguère célèbre ses 100 ans

Toute une fête pour la grand-maman chérie des Résidences Joncas


Publié le 17 août 2009

Championne de cartes au 500, capitaine de l'équipe de pétanque, bénévole assidue au comité de pastorale et fervente de la marche, Adrienne Careau-Giguère sait comment composer avec chaque jour que Dieu lui prête vie. C'est d'ailleurs en demeurant toujours très active qu'elle a réussi à célébrer ses 100 ans, samedi dernier, en présence de plus de 200 parents et amis réunis à la salle paroissiale, sise au sous-sol de l'église de Saint-Ignace-de-Loyola à Giffard.

«Une chance que l'on ne fête pas comme ça tous les jours! Il y en a eu de l'action aujourd'hui», s'est exclamée la première centenaire des Résidences Joncas au terme des festivités qui se sont étalées sur quelques jours, de son milieu de vie jusqu'au temple paroissial. «Comme je demeurais à deux pas d'ici sur la rue Joncas, j'ai vu bâtir ce très bel établissement pour les gens âgés. Il y avait un petit bois auparavant. Je ne pensais pas un jour y passer du bon temps comme ça avec autant d'amis. Je suis arrivée ici il y a 19 ans et c'est comme si c'était hier tant le temps passe vite en si bonne compagnie», souligne celle que tout le monde prend plaisir à qualifier de «grand-maman chérie» à la résidence.

Sa recette de longévité, toujours être occupée

«J'ai eu 15 enfants dont 13 sont encore vivants. J'ai fait une vie bien ordinaire. J'ai travaillé tout le temps et je me suis tenue toujours occupée. Encore aujourd'hui, j'aime beaucoup la pétanque, les cartes et je fais de l'ordinateur. Je réponds aux courriels de mes enfants, de mes petits et arrière-petits-enfants et j'aime bien recevoir des photos. Je prends une marche d'environ 20 minutes au soleil après le dîner. J'aime beaucoup aussi prendre un «ptit» verre de bière en mangeant et un verre de vin le dimanche avec mes filles», souligne la doyenne qui est fière d'avoir été baptisée par le père Victor Lelièvre le 13 août 1909 à l'église de Saint-Sauveur. «Ma mère m'a toujours dit que j'étais venue au monde un vendredi 13. Au lieu de me porter malheur, le 13 a été mon chiffre chanceux toute ma vie!». Parents et amis ont d'ailleurs eu l'occasion de le constater lors de la grande fête qui lui a été réservée animée par Jean-Marc Giguère et des chansons de circonstances interprétées par les très belles voix de Yolande Careau Gagnon et ses filles Caroline et Francine. Quant au gâteau d'anniversaire en forme de 100, décoré de 100 roses pâtissières, il avait été préparé par son neveu pâtissier Gilles Samson, dont le commerce mérite une attention particulière à Beauport.