La paroisse Notre-Dame-de-Beauport tournée vers l'avenir


Publié le 21 février 2017

PAROISSE. En octobre dernier, les paroisses de Sainte-Brigitte, de Saint-Ignace-de-Loyola, de Sainte-Thérèse de l'Enfant-Jésus, de Notre-Dame-de-l'Espérance, de Sainte-Gertrude et de La Nativité de Notre-Dame ont été regroupées. Depuis le 1er janvier, cette nouvelle entité juridique et pastorale porte le nom de Notre-Dame-de-Beauport.

Depuis, un seul conseil de fabrique représente les six anciennes paroisses. Un comité de consultation et d'organisation locale sera également mis en place dans chaque communauté chrétienne «pour en assurer la continuité et la vitalité», explique le directeur général Denis Geoffroy.

D'autres comités pour divers services, projets ou activités seront également mis en place afin de «conserver des communautés locales vivantes et les tourner vers l'avenir et l'évangélisation», continue M. Geoffroy.

Afin d'effectuer un tournant pastoral vers la nouvelle évangélisation, un projet pastoral commun sera complété au cours des prochains mois et sera mis en action pour les cinq prochaines années.

Nouveau directeur général

En poste depuis le mois d'octobre, M. Geoffroy a de nombreux objectifs pour la paroisse Notre-Dame-de-Beauport, notamment en lien avec l'efficacité financière de l'organisation. Il souhaite centraliser et simplifier un certain nombre de fonctions administratives et financières, en plus d'alléger les structures et les charges administratives.

Il compte également réorganiser les ressources humaines, financières et matérielles, dans le but de protéger le patrimoine et d'orienter l'avenir de l'ensemble des communautés locales. «Concrètement, cela signifie dégager le plus possible les prêtres des tâches administratives et financières, pour qu'ils puissent concentrer leurs efforts sur la mission première de l'Église, c’est-à-dire «l'annonce de l'Évangile».