Sections

L’Autre Avenue voit une solution aux conflits

Publié le 14 septembre 2017

Lisa-Marie Roy, intervenante communautaire à L'Autre Avenue.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

JUSTICE. Parce que les conflits font partie de la vie, on doit tous un jour y faire face. À Québec, l’organisme L’Autre Avenue vient en aide aux gens dans la gestion de différentes situations irritantes, en adoptant une approche différente: la justice alternative.

Par Geoffré Samson

D'une action réparatrice à la suite d’un acte criminel, à la gestion de conflits, en passant par la médiation de quartier, l’organisme offre gratuitement une ouverture à la réconciliation, en trouvant des pistes de solutions. L'OBNL est le seul à offrir ce service dans la région de Québec, couvrant de Portneuf à Charlevoix. Ils sont une référence pour les policiers, les Centres jeunesse et le système judiciaire pour juvéniles.

Une approche personnalisée auprès des adolescents, et positive pour l'avenir.
(Photo gracieuseté – L'Autre Avenue)

Les adolescents

L'équipe peut intervenir auprès des adolescents ayant été condamnés après une infraction et peut également offrir de l'aide aux jeunes ayant commis des délits mineurs. Inspirés du principe de réparation, les intervenants misent sur les capacités et compétences des personnes. « Il arrive régulièrement qu'une victime d'acte criminel rencontre la personne qui a été incriminée. Cette approche a souvent des résultats positifs pour les deux partis », explique Lisa-Marie Roy, intervenante communautaire. Elle ajoute qu'ils accueillent des adolescents et ne se fient pas au geste que l'ado a fait. « Ils ne sont pas juste un geste », ajoute l'intervenante.

Préparation

Dans tous les cas de médiation, justice pénale et gestion de crise, les personnes concernées sont préparées et outillées pour faire face aux étapes à venir. Les divers intervenants de L'Autre Avenue sont formés pour s'assurer que ces personnes sont prêtes, car parfois, la rencontre peut avoir des répercussions, comme dans le cas d'une victime qui rencontre son agresseur. Dans tous les cas, le dialogue sera favorisé, dans le but de mener à une issue positive.

Gestion de conflits et médiation

Que ce soit dans la communauté ou concernant une simple « chicane de voisins », l'organisme croit que les individus doivent apprendre à composer avec les situations. Dans le cas de la Médiation de quartier, un groupe de citoyens bénévoles est formé par l'organisme. Ils accompagnent les personnes impliquées dans la résolution d'une situation conflictuelle. Par contre, ces médiateurs ne s'adressent pas aux familles, avec ou sans enfants, qui sont en processus de séparation.

En milieu scolaire, l'intimidation et autres situations peuvent survenir. Un projet collectif a ainsi été mis sur pied misant sur la communication, le respect et la favorisation des rapports harmonieux.