Sections

Des portes de lumière devant le centre sportif Marc-Simoneau


Publié le 11 mai 2017

Marie-France Trudel, Jérémie Ernould, Julie Lemieux et l'artiste Florent Cousineau étaient présents pour l'inauguration de l'œuvre.

©(Photo TC Media – Marie-Pascale Fortier)

ŒUVRE D'ART. De hautes portes chevauchent maintenant l'axe piétonnier qui mène au centre sportif Marc-Simoneau. L'œuvre de Florent Cousineau, «Portes de lumière», qui s'harmonise parfaitement au centre sportif, a été inaugurée ce matin.

Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif responsable de la culture, du patrimoine et de l’aménagement du territoire a qualifié l'œuvre de M. Cousineau d'«exemple parfait de l'intégration de l'art à l'architecture».

Les portes seront toutes en lumière le soir venu grâce à un système d'éclairage au D.E.L. Elles pourront prendre les couleurs de drapeaux d'autres pays qui visiteront le centre.

L'ajout d'une œuvre d'art devant le centre sportif s'est fait dans le but de «faire éclater l'art public du centre-ville», explique Julie Lemieux qui trouve important que tous les arrondissements puissent bénéficier d'œuvres d'art publiques.

L'œuvre de M. Cousineau suggère l'idée de progression, une idée bien en lien avec le bâtiment au design moderne qui l'accueille, là où des centaines de jeunes progressent en tant qu'athlètes. M. Cousineau explique que le motif de la porte est «riche en matière symbolique et introduit la notion de dépassement». Il l'a créée en pensant aux jeunes déterminés qui lancent au but, tombent et ne cessent de se relever. La porte évoque également les étapes à franchir et les échelons à gravir.

Jérémie Ernould, conseiller du district de Robert-Giffard qui a également fait partie du jury qui a sélectionné cette œuvre, explique que la finesse des détails a fait en sorte que c'est elle qui se retrouve maintenant au-dessus de l'axe piétonnier.

Marie-France Trudel, présidente du conseil d'arrondissement de Beauport a mentionné que «M. Simoneau aurait été très heureux de nous voir ici» et que l'œuvre est à son image, soit «accessible et près du public».