Sections

Santé mentale: maintenir l’élan créatif avec Vincent et moi

Publié le 23 septembre 2017

Stéphanie Mélançon devant l’exposition «Mines des mines» d’Yves Pedneault.

©(Photo TC Media – Mona Lechasseur)

EXPOSITION. Découvrir une galerie d’art qui expose des œuvres d’artistes vivant avec une maladie mentale est une expérience riche de sens. En quête d’équilibre, ces artistes ont la chance d’être soutenus par des professionnels sans jugement dans le programme Vincent et moi. 

Par Mona Lechasseur

Une trentaine d’œuvres sont présentement exposées à la Galerie d’art Vincent et moi.
(Photo TC Media – Mona Lechasseur)

« La Galerie d’art Vincent et moi fait partie de ce programme, explique Stéphanie Mélançon, agente de planification, programmation et recherche au CIUSSS de la Capitale- Nationale. C’est l’artiste, tout autant que son talent, qui est mis de l’avant. La maladie prend souvent beaucoup de place. L’exposition des œuvres reflète la reprise du pouvoir créatif de l’artiste. »

Expositions en cours

À ce titre, deux nouvelles expositions sont en cours à la Galerie, qui se trouve au cœur de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec. Elles mettent à l’avant-plan les artistes Yves Pedneault et Yorick Godin, qui dessinent principalement avec le graphite. En longeant les murs de la Galerie, on ne peut qu’admirer tout le talent artistique et la profondeur qui se dégagent des œuvres.

Une trentaine d’œuvres sont présentement exposées à la Galerie d’art Vincent et moi.
(Photo TC Media – Mona Lechasseur)

Le programme 

Le programme Vincent et moi a été créé en 2001. Il a pour mission d’accompagner les artistes vivant avec une maladie mentale dans leur démarche artistique. Il est soutenu par le CIUSSS de la Capitale-Nationale et offre plusieurs services : accompagnement individuel et suivi selon les besoins, expositions à la Galerie, aide financière pour l’achat de matériel, conseils pour rédiger un dossier d’artiste, voyages culturels et ateliers. « Le programme Vincent et moi, c’est aussi un espace permettant la libre création et la rencontre avec d’autres artistes pour briser l’isolement et échanger sans jugement », précise Mme Mélançon. Pour en bénéficier, les personnes doivent avoir un suivi psychiatrique et être déjà investies dans une démarche de création artistique. « Les artistes se sentent soutenus, stimulés et valorisés, poursuit Mme Mélançon. On sent un meilleur ancrage dans leur pratique et dans leur vie au quotidien. »

Collection d’œuvres d’art

Au fil des ans, le programme a accumulé plus de 1 000 d’œuvres sélectionnées par un jury d’experts en arts visuels. Cette collection constitue un vaste patrimoine artistique. Un système de prêt d’œuvres est disponible pour les employés du CIUSSS et les organismes publics. Les murs de l’Institut sont d’ailleurs ornementés de tableaux qui mettent en valeur le talent des artistes.

De nombreuses activités ont lieu cet automne, dont une porte ouverte le 30 septembre,  l’Exposition des acquisitions annuelles regroupant une quinzaine d’artistes du 20 au 29 octobre et des activités de médiation culturelles pour créer un pont entre les artistes et la communauté.