Sections

Homicide à Saint-Apollinaire : le suspect soumis à un examen psychiatrique


Publié le 3 juillet 2017

Agités et impressionnés par les procédures judiciaires, les proches d'Antoine Sylvain-Martineau ont dû être calmés par les constables spéciaux responsables de l'ordre et du protocole au palais de justice de Québec.

©(Photo TC Media – François Cattapan)

TRIBUNAL. Présumé responsable de la mort d'un sexagénaire remontant à la  mi-juin, Antoine Sylvain-Martineau a comparu lundi au palais de justice. Accusé de meurtre au premier degré, le jeune résident de l'arrondissement Beauport à Québec âgé de 22 ans devra d'abord subir un examen psychiatrique sur son aptitude à comparaître avant de répondre à une accusation de meurtre.

Il semble que l'accusé affichait des problèmes de comportement notés par son entourage depuis quelques jours. Sa mère aurait mentionné aux policiers que son fils avait l'air dépressif. Celui-ci ne voyait plus ses amis, se renfermait et avait une attitude parfois bizarre. À une occasion, elle a voulu l'amener consulter à l'hôpital et il aurait changé d'idée à la dernière minute dans le stationnement. Une autre fois, il s'est mis à tourner sur lui-même hors de contrôle, avant de se dévêtir et de se réfugier chez ses grands-parents à l'étage de la maison familiale.

À la demande de ses parents, les policiers de Québec sont venus chercher Sylvain-Martineau dimanche. À nouveau nu, le suspect aurait fermé les yeux et se serait laissé tomber tête première dans les escaliers. Réclamant ensuite de parler aux patrouilleurs lors de son transport vers un hôpital, il aurait alors confessé son crime. Le jeune homme est depuis accusé d'avoir tué Jean-Pierre Rioux avec une arme à feu. Le corps de la victime de 63 ans, originaire de Carleton-sur-Mer en Gaspésie, a été retrouvé récemment dans un boisé de Saint-Apolinaire.

Fait exceptionnel au stade de la comparution, c'est la procureure de la Couronne qui a demandé au juge de prononcer une ordonnance, afin que l'accusé soit soumis à un examen psychiatrique. Me Sarah-Julie Chicoine a insisté sur le fait qu'un examen sommaire réalisé en centre hospitalier avait mené à la conclusion que Sylvain-Martineau semblait traverser un épisode psychotique. Dans les circonstances, il présentait un réel danger pour lui et pour autrui.

Après un temps de réflexion, le juge Jean Asselin a donné droit à la demande qui lui a été faite et rendu une ordonnance favorable à la tenue d'un examen psychiatrique complet. L'évaluation prévue sur cinq jours fait en sorte que l'accusé reviendra en Cour vendredi prochain, le 7 juillet, pour la suite des procédures.

TC Media