Sections

Vincent Desjardins, du mini au «vrai» Rouge et Or

La progression de l’étudiant en génie civil


Publié le 29 septembre 2017

Vincent Desjardins a joué un grand rôle dans la conquête de la Coupe Vanier en 2016.

©Photo TC Media – Charles Lalande

À l’image de son ex-coéquipier Jean-Simon Roy, Vincent Desjardins est un footballeur 100% fabriqué à Québec qui a choisi d’étudier en génie civil tout en chassant son rêve de jouer chez les pros.

Du Blizzard du Séminaire Saint-François au Rouge et Or de l’Université Laval, le plaqueur défensif est passé par le Campus Notre-Dame-de-Foy (CNDF) tandis que Roy, un joueur de ligne offensive, a pris la route de Garneau.

Je vais tout faire en mon possible pour y arriver. Sinon, je serai tout de même content de ce que j’ai accompli

Vincent Desjardins, sur le rêve de jouer professionnel

Fort de son expérience au sein du mini Rouge et Or, Desjardins tente sa chance dans l’équipe de football du Blizzard lorsqu’il fait son entrée au secondaire. Ses entraîneurs de l’époque lui ont proposé les deux côtés du front en vertu de son physique avantageux.

Desjardins (92) entend être un leader auprès des recrues à sa position.
Crédit photo – Yan Doublet, Rouge et Or

«Je n’étais pas intéressé à jouer sur le front offensif. Ce que je voulais, c’était de plaquer le quart-arrière et le porteur de ballon adverse. J’aimais l’aspect physique du jeu.»

Une mentalité que le natif de Saint-Augustin-de-Desmaures a conservée au fil des ans. Après le secondaire, il a choisi de «suivre mes chums» au CNDF, qui venait tout juste de faire le saut en première division sur la scène collégiale.

«Nous avons bâti le programme avec le coach Marc-André Dion, un homme que je respecte beaucoup ceci dit, en passant. La saison après mon départ, le CNDF a remporté le championnat. J’aurais aimé le gagner, mais j’étais très fier.»

Assoiffé de soulever les grands honneurs, Vincent Desjardins a choisi de s’engager avec le Rouge et Or pour le début de la campagne 2015. Cet ancien détenteur de billets de saison aimait le personnel d’entraîneurs et «l’attitude de champion» qui régnait au sein du programme lavallois.

À une troisième saison, le #92 désire mettre son empreinte dans le groupe de leaders de l’équipe. Il a pris sous son aile Samuel Maranda-Bizeau et Alexandre Gagnon, deux recrues de la ligne défensive.

Vincent Desjardins a choisi la ligne défensive parce qu’il aimait le jeu physique.

©Crédit photo – Yan Doublet, Rouge et Or

Constantin, «un coach incroyable»

D’avoir Glen Constantin comme pilote en chef et entraîneur de position a joué un grand facteur dans sa décision de s’aligner avec le Rouge et Or.

«C’est un coach incroyable. C’est un bon pédagogue. Il répète souvent qu’on n’a pas le droit de faire deux fois la même erreur sur un terrain de football. Il vise constamment l’amélioration.»

De son côté, Constantin est également fort élogieux envers son protégé, qui a fait sa place sur la première équipe d’étoiles au Canada en 2016. «Il poursuit sa lancée. Il connaît un très bon début de saison. Il est capable de changer un match avec un gros jeu.»

Profil de Vincent Desjardins

22 ans

6’1 – 257 livres

Joueur de ligne défensive

Programme d’étude: génie civil

Champion de la Coupe Vanier en 2016

Québec Hebdo

Sur la photo, Vincent Desjardins (à gauche) joue les durs avec son souriant coéquipier Samuel Lefebvre.

©Photo TC Media – Charles Lalande