Sections

La LNH débarque à Québec


Publié le 10 août 2017

Max Pacioretty fait le bonheur d'un partisan!

©(Photo TC Media - Charles Lalande)

À l’occasion du 9e Pro-Am Gagné Bergeron, 19 joueurs de la LNH se sont dirigés au Complexe sportif de L’Ancienne-Lorette. Au menu, bain de foule, séance d’autographes et une joute avec des amateurs. L’événement, présenté à guichet fermé pour une première fois, a permis d’amasser «plus de 180 000 $» pour Leucan, le Pignon Bleu et la Fondation Philippe-Boucher.

Patrice Bergeron n’est pas peu fier de ces records établis. Au fil des ans, les organisateurs voyaient que leur projet prenait de l’ampleur, de sorte qu’ils espéraient atteindre un tel niveau. «Chaque année, on double les efforts pour attirer des joueurs afin de remettre le plus d’argent possible.»

Il a travaillé fort en coulisse pour convaincre ses coéquipiers des Bruins de Boston. Les ennemis jurés des Canadiens de Montréal étaient très bien représentés avec Malcolm Subban (frère de P.K.), Tyler Randell et Ryan Spooner, trois jeunes qui font leur place dans l’organisation.

Patrice Bergeron, des Bruins de Boston.

©(Photo TC Media - Charles Lalande)

«Je prends le crédit, mais je ne mets aucune pression (rires). Ils viennent de leur plein gré. Je suis très content de voir plusieurs chandails des Bruins dans la ville de Québec. Après le départ des Nordiques, des gens se sont tournés vers les autres rivaux des Canadiens.»

Les journalistes ont tenté de savoir si Bergeron allait essayer d’inviter son bon ami Sidney Crosby pour la 10e édition. Les deux comparses évoluent sur le même trio sur la scène internationale. «Je ne lui en ai jamais parlé, mais on espère toujours d’avoir de gros noms.»

Malcolm au pays de P.K.

Malcolm Subban est pas mal moins bavard que P.K., mais il aime aussi les caméras!
(Photo TC Media - Charles Lalande)

Échangé l’an dernier aux Predators de Nashville dans une transaction qui a fait couler beaucoup d’encre, le tantôt aimé et tantôt controversé P.K. Subban fait toujours parler de lui... même quand il n’est pas sur place! Jeudi soir, la visite dans la Vieille Capitale de son frère Malcolm a suscité la curiosité des partisans québécois.

«C’est toujours une belle occasion de participer à des événements de charité, dit celui qui s’est tapé une balade de huit heures en automobile pour l’occasion. Il y a beaucoup de chandails des Canadiens ici, mais personne ne m’a demandé de signer celui de mon frère (rires).

L’été fou de Drouin

Jonathan Drouin, des Canadiens de Montréal.

©(Photo TC Media - Charles Lalande)

Le 15 juin, le Québec a été frappé par une véritable éclipse médiatique lorsque Marc Bergevin a fait l’acquisition de Jonathan Drouin avant de lui consentir un contrat de 33 millions pour six ans en pleine conférence de presse.

Depuis, Drouin n’a pas vraiment eu le temps de se reposer, succédant les événements caritatifs, les entrevues, sans parler des séances de signatures! «Je m’attends à avoir beaucoup de pression, mais j’en mets déjà assez sur mes propres épaules», répond celui qui n’a plus l’occasion de faire son épicerie tranquille. Les fans le reconnaissent!

Le nouveau #92 de la Sainte Flanelle s’est remémoré des souvenirs datant d’avril 2012, à l’époque où il n’était qu’une verte recrue dans la LHJMQ avec les Mooseheads de Halifax. En retard 3 à 0 dans la série les opposant aux Remparts de Québec, les Orignaux avaient orchestré une remontée historique, remportant quatre joutes consécutives. C’est Drouin qui avait mis fin aux hostilités dans le 7e match, en prolongation, au Colisée Pepsi.

«Pacio» en ville

L’ancien du CH et natif de Laurier-Station, David Desharnais, a invité son grand complice des dernières années, Max Pacioretty, à se joindre à l’événement. Coïncidence, Desharnais s’est entendu cet été avec les Rangers de New York, l’équipe que chérissait Pacioretty lors de son enfance. À ce sujet, le capitaine des Canadiens s’est dit «content» et «excité» pour l’un de ses meilleurs amis.

TC Media